La pratique de la synthèse multilingue : atelier de restitution (18 septembre 2020).

Illustration – Kai Schreiber, Pattern mosaic

 

Le but de l’atelier était de réunir l’équipe Transiens avec les professionnel.le.s de la traduction qui ont participé à l’expérimentation autour de la synthèse multilingue en sciences sociales (voir ici pour la description du projet ). Cette expérimentation était une étape cruciale dans le développement du projet Transiens, pour réfléchir à une alternative économique crédible à la systématisation de la TA en anglais, qui non seulement ne nous semble pas une solution satisfaisante sur les plans scientifiques et linguistiques, mais qui nous semble surtout irréaliste en termes de gestion des contenus éditoriaux par les revues et de diffusion réelle auprès des collègues étranger.e.s.

L’expérimentation consistait en la réalisation de synthèses de deux articles scientifiques publiés en français, l’un en sociologie, l’autre en histoire, choisis parce qu’ils présentaient des caractéristiques très différentes : le texte de Jean-Claude Chamboredon « Production symbolique et formes sociales. De la sociologie de l’art et de la littérature à la sociologie de la culture» (Revue française de sociologie, 27-3, 1986, pp. 505-529)  ; et l’article d’Arlette Farge, « Penser et définir l’événement en histoire » (Terrain, 38, mars 2002). Le test impliquait la réalisation de synthèses dans sept langues : allemand, anglais, croate, espagnol, italien, polonais et portugais.

Étant donné le caractère inhabituel de l’exercice, le choix avait été fait de privilégier le travail en binôme. Il s’agissait d’associer deux professionnel.le.s de la traduction, l’un.e spécialiste du français vers la langue étrangère (le traducteur ou la traductrice), et l’autre spécialiste de la langue étrangère vers le français (la relectrice). Cette dernière devait apporter une aide éventuelle à la compréhension du texte – du moins tel était le rôle envisagé au départ, mais il a pu varier selon les binômes. Enfin, pour compléter le test, une configuration différente a été mise en place pour deux langues (espagnol et portugais) en proposant à une seule personne, pratiquant professionnellement la traduction dans les deux sens, d’assumer les deux rôles.

Cette phase du projet a rassemblé onze traductrices et un traducteur, avec des profils variés témoignant de la diversité du milieu professionnel de la traduction en SHS. En termes de formation on peut ainsi distinguer trois types de profils :

  • Une double formation en sciences sociales et en traduction générale
  • Une formation universitaire en sciences sociales, avec une pratique ponctuelle de la traduction
  • Une formation générale en traduction, avec une spécialisation progressive en sciences sociales

En outre, tout en traduisant des textes issus de l’ensemble des sciences sociales, la plupart des participant.e.s à cette expérimentation ont un domaine de compétences particulier (ici : lettre, sociologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie) avec des formations poussées jusqu’au niveau Master ou Doctorat. De même, si une grande partie a pour activité principale la traduction, d’autres enseignent à l’université, travaillent dans des laboratoires ou dans des maisons d’édition.

Bien que la traduction des sciences sociales ne soit pas une spécialité validée par un diplôme en particulier, il faut donc remarquer que les participant.e.s, en dépit d’une professionnalisation croissante, ont souvent un profil qui recoupe celui des chercheurs et des chercheuses, y compris en termes de qualifications. Ce constat en entraîne deux autres :

            1/ La traduction des SHS est une activité supposant un profil spécialisé, ce qui correspond tout à fait à son importance dans la circulation des idées, des concepts et dans la vie intellectuelle en général.

            2/ Les professionnel.le.s de la traduction en SHS sont parfaitement familier.e.s de l’organisation et des calendriers du travail dans l’édition scientifique.

Pour toutes ces raisons, leurs compétences sont extrêmement précieuses pour les revues.

 

Méthodes et difficultés

La méthode adoptée par plusieurs binômes et ayant recueilli le plus d’opinions favorables dans la discussion a été celle de l’élaboration d’un premier jet de synthèse en français par la relectrice ; ce document était ensuite retravaillé, traduit et adapté par la traductrice ; une troisième phase suivait, impliquant un véritable dialogue entre les deux membres du binôme, pour affiner les textes produits. Dans l’ensemble, et alors même que ce n’était pas une obligation, les synthèses reprennent la structure des textes. Les synthèses produites étaient globalement conformes aux consignes du guide méthodologique : elles devaient contenir les idées principales du texte, être entièrement compréhensibles par elles-mêmes et représenter 15 à 20% maximum du volume du texte initial.  Il semble tout de même que la réduction des textes dans les limites demandées ait posé quelques difficultés, en particulier concernant le texte d’A. Farge. Cette différence entre les textes indique une inégale difficulté de réduction, dont les binômes ont tous fait part dans la discussion.

Les difficultés rencontrées n’ont pas été les mêmes pour les deux textes. Comme pour une traduction classique, des recherches documentaires plus ou moins importantes ont été nécessaires. Deux ensembles d’interrogation plus spécifiques à la synthèse ont toutefois été soulevées :

  • La question du style : cette question se posait très différemment en fonction des textes. Le texte d’A. Farge est rédigé dans un style littéraire, presque poétique, avec des expressions imagées (comme « nébuleuse rationnelle », p. 4), un usage courant, au sein de mêmes phrases, de quasi-synonymes (« L’heure fut souvent en histoire au repérage intensif du déviant et du marginal, du fait transgressif et de l’écart », p. 2), une attention au rythme de la phrase. Ce style littéraire pourrait d’ailleurs poser un problème y compris en traduction, puisqu’il est totalement étranger à certaines traditions nationales en SHS. Au contraire, le texte de J.-C. Chamboredon, plus structuré sur le plan argumentaire et nettement moins poétique, se caractérise par des phrases longues et complexes, souvent entrecoupées de digressions entre parenthèses ou tirets (« La situation de la sociologie de l’art enferme donc celle-ci dans un autre piège préalable, celui de s’épuiser – séduction et fascination de l’iconoclasme – dans l’énoncé d’un projet attentatoire et de s’absorber dans la polémique avec les pré-supposés d’un culte de l’art (les disciplines concurrentes étant, peut-être trop rapidement, récusées comme formes rationalisées et d’apparence scientifique du culte) ou celui de passer un compromis avec ces disciplines en établissant une division entre l’étude de l’œuvre-même et l’étude de ses conditions préalables de production et de ses formes de diffusion, domaine propre de la sociologie. », p. 506)
    La question se pose donc de savoir si un texte peut être réduit à son contenu en faisant abstraction de la forme. Faut-il que les synthèses reflètent ces différences de style ? La plupart le font, en pratique, au moins partiellement, par exemple en conservant quelques phrases traduites directement. Et en effet, il est manifeste à la lecture des synthèses produites sur ces deux textes par un même binôme, que les textes originels n’ont pas été écrits par la même personne, en dépit même du fait que l’exercice de la synthèse nécessite une simplification qui tend à homogénéiser les textes sur le plan stylistique.

 

  • La question de la place du paratexte : Cette question a peu d’importance pour le texte d’A. Farge, qui comprend une seule note et très peu de références bibliographiques. Chez J.-C. Chamboredon, en revanche, les notes sont nombreuses et très longues. D’une manière générale, elles ont été laissées de côté : le choix de mettre certaines informations en note a été fait, selon l’auteur lui-même, pour les références et les illustrations « d’utilisation plus ponctuelle » (note 1, p.505). Les références bibliographiques ont plutôt été conservées au cas par cas : les noms souvent cités dans l’article (l’historien social de l’art Raymond Williams, par exemple) apparaissent dans toutes les synthèses. Pendant l’atelier, cependant, ce choix a été discuté. La synthèse italienne par exemple fait apparaître la grande majorité des noms cités, sa rédactrice soulignant, à juste titre, que l’article a notamment pour vocation de présenter « le panorama d’un champ, un réseau de chercheurs ». Pour cette raison, la bibliographie peut constituer une information fondamentale qu’il pourrait être intéressant de rattacher à la synthèse dans le cas d’une publication numérique.

 

  • La question du type de texte : Les synthèses ont généralement été jugées plus satisfaisantes (à faire et à lire) pour le texte de J.-C. Chamboredon (90 000 signes) que pour celui d’A. Farge (28 000 signes). Le texte d’A. Farge, en effet, est apparu comme trop court et trop dense pour qu’une synthèse soit pertinente. Le gain de temps par rapport à une traduction classique, en revanche, est beaucoup plus notable pour le texte de J.-C. Chamboredon : la sélection des informations et la contraction du texte sont des étapes chronophages et difficilement compressibles, quel que soit le volume initial du texte. Cela tend à montrer que tous les textes ne se prêtent pas de la même façon à l’exercice de la synthèse. Pour les textes plus courts ou dont l’intérêt réside moins dans la problématisation du sujet, la présentation d’une recherche spécifique et la succession précise des arguments, que dans le propos général et le style singulier de son auteur ou de son autrice, une simple traduction du résumé existant serait sans doute suffisante pour donner une idée de l’intérêt du texte.
    Par ailleurs, il faut noter que les deux textes choisis, très différents en termes de style et de contenu, avaient cependant pour point commun d’être des articles plutôt théoriques et programmatiques : il manque ainsi à ces essais de synthèse un travail sur un texte plus empirique, qui poserait sans doute d’autres difficultés (que faire de la présentation des sources, du terrain, des extraits d’archives ou d’entretiens ?).

 

Bilan de la discussion et préconisations

Les bénéfices du travail collectif ont été longuement soulignés par les participant.e.s, non seulement pour la pratique de la synthèse, mais pour celle de la traduction en général. Quelques traductrices, qui se connaissaient préalablement, ont fait part des échanges qu’elles ont pu mettre en place autour de leur pratique professionnelle via des groupes de discussion, des plateformes collaboratives ou des glossaires partagés. Nous envisageons de nous inspirer de ces expériences pour systématiser les échanges : en amont du travail de synthèse, cela permettrait d’affiner la compréhension de certains concepts, de mutualiser les recherches documentaires et les connaissances. Ces échanges pourraient avoir lieu au sein d’un atelier multilingue, une fois par an, mais aussi de manière plus continue par le biais de documents partagés sur un espace collaboratif. Tou.te.s les participant.e.s ont également jugé intéressant d’avoir accès à des personnes ressources, intéressées par les questions de traduction et spécialistes des domaines évoqués dans les textes à synthétiser. Ces personnes ressources pourraient se trouver au sein des comités de rédaction.

La question du rôle et de la forme de la synthèse, en tant que lieu de médiation, a également été longuement abordée. Cette question recoupe les débats, récurrents en traduction, de la préférence entre approche « cibliste » et approche « sourciste ».  Faut-il rester le plus fidèle possible au texte, ou bien chercher à le rendre accessible et attrayant pour le lectorat ciblé ? La première option génèrerait ainsi plutôt une « synthèse-reflet » qui reprendrait autant que possible le style, la structure du texte et les intertitres, tout en accordant à chaque exemple ou argument une place proportionnée à celle qu’il occupe dans l’article. La seconde option génèrerait plutôt une « synthèse-vitrine » qui présenterait le texte original dans le but explicite de le rendre attrayant, ou d’attirer vers la synthèse un lectorat qui ne serait peut-être pas allé consulter spontanément le texte original. Dans ce cadre, la rédactrice ou le rédacteur de la synthèse aurait alors la possibilité d’intervenir davantage dans le texte (par exemple en intégrant des indications du type « suit un long développement sur… » au lieu de reproduire exactement le déroulé des arguments) et d’anticiper sa réception. Cette anticipation pourrait conduire par exemple à produire un chapô pour présenter brièvement l’autrice ou l’auteur (rattachement disciplinaire, éléments de parcours s’ils sont connus…), donner des informations concrètes sur le texte (longueur originale, nombre de notes en bas de page, etc.), mais aussi, éventuellement, sur le contexte français du sous-champ disciplinaire dont il est question si cela s’avérait nécessaire à la compréhension du texte dans le contexte culturel et académique cible.

Ce choix impliquerait alors, pour la rédactrice ou le rédacteur de la synthèse, d’investir plus clairement sa position de médiatrice ou de médiateur de la culture scientifique – position qui, de fait, est déjà celle des traductrices et traducteurs de SHS, même si cela est rarement exprimé en dehors des études de sociologie de la traduction et de la circulation internationale des idées. De cette discussion, il ressort ainsi que la synthèse peut, selon les textes et selon les personnes, s’envisager comme un continuum entre ces deux pôles de la synthèse-reflet (sourciste) et de la synthèse-vitrine (cibliste), et permettre aux traductrices et traducteurs qui le souhaiteraient d’affirmer leur rôle, à la fois spécifique et singulier, d’intermédiaires dans la diffusion des textes scientifiques et de véritables partenaires dans le protocole éditorial.

Une fois rédigée, la synthèse a-t-elle forcément pour vocation de mener à la lecture de l’article d’origine, ou peut-elle être considérée comme un dispositif plus ou moins autonome dans le processus de diffusion internationale des textes scientifiques ? La discussion conduit à penser que ces deux finalités, qui ne sont opposées qu’en apparence, peuvent être perçues comme complémentaires.

En effet, l’objectif de la rédaction de synthèses multilingues est de rendre accessibles des recherches en SHS produites en France à un lectorat non francophone et qui n’aurait pas forcément le temps de lire des traductions in extenso en anglais. Dans cette perspective, les synthèses seules sont déjà utiles en ce qu’elles permettent de faire connaître à l’étranger, et directement dans la langue maternelle de ce lectorat-cible, des textes originellement publiés en français. En cela, les synthèses informent, rendent disponibles, ouvrent des horizons (ce qui peut être suffisant pour un lectorat de non-spécialistes ou d’étudiant.e.s par exemple) et peuvent inviter à pousser plus loin les recherches. De fait, néanmoins, il est vraisemblable que seul.e.s des spécialistes éprouveront l’envie d’aller au-delà de la synthèse et de lire les textes dans leur version intégrale. Cependant, à partir de là, deux options sont envisageables :

– soit on estime qu’il appartient à la revue qui a déjà publié les synthèses, de produire également une traduction (en anglais ou dans une autre langue ; systématiquement ou à la demande pour les textes qui seraient très demandés par exemple),

– soit on estime que l’accès au texte original est du ressort de la chercheuse ou du chercheur qui souhaite le lire (comme c’est fréquemment le cas aujourd’hui pour les textes publiés dans une langue qu’on ne maîtrise pas et dont on n’aurait qu’un abstract en anglais).

Cette question reste à trancher, mais il nous semble que, dans un contexte où le temps disponible et les budgets restent fortement contraints pour toutes et tous, quels que soient les pays considérés, les synthèses, pour peu qu’elles soient accompagnées de l’adresse email de l’autrice ou de l’auteur du texte original, constituent une base suffisante pour encourager les chercheurs et les chercheuses à s’écrire et à renouer concrètement le dialogue scientifique au-delà des frontières linguistiques.

La suite du projet prend en compte les problématiques évoquées, les idées de méthodes ressorties de ces premiers textes, et l’intérêt évident pour le travail collaboratif. Elle intègre également la question de l’efficacité de la diffusion internationale des synthèses, une fois celles-ci rédigées. La phase suivante intégrera donc plusieurs étapes, qui feront l’objet de futurs billets : synthèses de numéros entiers, partenariats avec des revues étrangères et diffusion multilingue.