L’adaptation des fables d’Ésope : identité auctoriale et démarche éditoriale, par Joanna Blin

Fables d’Esope illustrées par Jean-François Martin, éditions Milan, 2010. Droits réservés Jean-François Martin/Milan.

À partir d’une recherche menée dans le cadre d’un master 2 métiers du livre et de l’édition (Université Paris Nanterre), Joanna Blin se propose d’analyser la manière dont l’édition jeunesse s’empare aujourd’hui des fables d’Ésope, et ce faisant, participe d’un processus de classicisation, mais développe aussi des stratégies significatives des lignes de tension qui caractérisent l’édition contemporaine.

La publication de classiques constitue une ouverture dont s’emparent les éditeurs par volonté de transmission d’un patrimoine ou désir de s’approprier leur capital symbolique. Publier des textes classiques permet de s’assurer un certain nombre de ventes entre les lectures scolaires obligatoires, les recommandations des prescripteurs et la volonté de celles et ceux qui désirent acquérir une culture de référence faite de valeurs sûres. Dans le secteur florissant de la jeunesse, les maisons d’édition proposent des ouvrages variés allant des collections parascolaires au livre de poche et à l’album. L’auctorialité s’y trouve partagée entre l’auteur-source et le traducteur, auxquels viennent s’ajouter l’adaptateur et l’illustrateur, particulièrement importants dans le domaine de la jeunesse. À côté des auteurs nationaux inscrits au programme scolaire, on trouve aussi des auteurs antiques, malgré le recul de la place des langues anciennes dans les cursus scolaires. Un petit nombre d’auteurs classiques souvent réduits à une partie restreinte de leur œuvre, comme Homère avec l’Odyssée ou Sophocle avec Antigone, donnent lieu à de nombreuses rééditions plus ou moins proches du texte original1.

Ésope, fabuliste grec des VIIe et VIe siècles avant Jésus-Christ, constitue un cas singulier. Traduit depuis l’Antiquité, il donne lieu aujourd’hui à de nombreuses appropriations par des maisons d’édition qui poursuivent des objectifs variés. La narration courte et les animaux personnifiés font de la fable un genre considéré comme accessible au jeune public. Le flou entourant Ésope donne aux éditeurs une importante marge de manœuvre. Mais dans tous les cas, Ésope est moins édité pour son statut de classique que comme le précurseur de La Fontaine. C’est en effet à Ésope qu’on doit la structure du genre tel que nous le connaissons avec une partie narrative et une morale. Il est aussi la source des fables les plus connues de La Fontaine. Il n’est donc pas lu comme grand auteur classique – il est d’ailleurs rarement étudié en tant que tel à l’école – mais comme classique ayant nourri un autre classique, qui le dépasse de loin par sa notoriété.

Méthodes

Ces réappropriations d’Ésope ont été étudiées dans le cadre d’un mémoire de master Métiers du livre et de l’édition soutenu à l’université Paris Nanterre en 2017, qui croisait sociologie de l’édition, histoire du livre et étude littéraire. Le corpus constitué à partir de la base Électre complétée par le catalogue de la Bibliothèque nationale de France regroupait les 59 ouvrages associés au nom d’Ésope et publiés en France ou en Belgique depuis 2000, et qui sont presque tous des albums jeunesse. Il a donné lieu à une analyse quantitative et qualitative. Pour chaque ouvrage, certaines variables ont été récoltées systématiquement à partir de l’objet-livre, du texte, du paratexte mais aussi des sites des éditeurs ainsi que de sites de ressources sur la littérature jeunesse : informations sur le livre, données concernant la maison d’édition, présentation de l’auteur, mention des collaborateurs, et partis pris éditoriaux. Certains ouvrages typiques ou singuliers ont ensuite été étudiés plus finement en croisant analyse textuelle, paratextuelle et iconographique.

Un genre approprié

Chez Ésope, la fable répondait presque toujours à la même structure formelle : court récit mettant en scène deux protagonistes animaux que leurs points de vue opposent, suivi d’une morale visant à faire réfléchir l’auditeur-lecteur sur son comportement. À partir de cette structure a priori assez figée, les adaptateurs ont pris des libertés pour créer des œuvres propres. Les deux grandes fonctions de la fable, à savoir le divertissement et l’édification morale, s’y retrouvent avec des équilibres différents. Le divertissement est produit par le dynamisme de l’intrigue, le caractère attachant ou comique des personnages ainsi que par l’imaginaire et la poésie qui s’en dégage. Par son aspect merveilleux et intemporel, la fable rappelle ainsi le conte. Pour souligner cette similitude, certains adaptateurs n’hésitent pas à ajouter un « Il était une fois » au début du texte, comme dans La Cigale et la fourmi publié chez Tomawak2. Quant à l’aspect moral, il est explicite dans les conclusions faites par Ésope et parfois mis en exergue dans les adaptations, notamment par le travail de mise en page. Dans Souris et singeries, Christopher Wormell va même jusqu’à ne conserver que les morales en les assortissant d’illustrations, et en reléguant les fables complètes en annexe de l’album3. On retrouve ainsi dans les éditions d’Ésope les deux grandes fonctions qui sont également celles prêtées à la littérature jeunesse, divertir et éduquer, avec des variations selon les partis pris des éditeurs et des collaborateurs.

Double page (p.8-9) de Souris et singeries, par Christopher Wormell (éd. Circonflexe, 2008)S

Des différents types d’adaptations identifiés par Christiane Connan-Pintado dans Lire des contes détournés à l’école – adaptations ordinaires, illégitimes et créatrices4 – tous se retrouvent dans les ouvrages étudiés. Dans tous les cas, l’adaptateur a une marge de liberté qu’il investit afin de proposer sa propre vision de la fable. C’est par exemple le cas avec Jerry Pinkney dont l’album Le lion & la souris publié chez Le Genévrier est entièrement muet5 – la lecture en est facilitée par la connaissance supposée de la fable de La Fontaine « Le Lion et le Rat ». L’illustrateur propose ainsi une fable connue de presque tous dans une vision qui lui est propre avec des décors inspirés d’un parc de Tanzanie qu’il connaît bien.

Des classiques lus au travers de La Fontaine

Le corpus présente d’assez rares recueils complets des fables d’Ésope qui sont alors des éditions plutôt savantes, assorties d’un paratexte approfondi destiné à guider le lecteur, qui est plutôt un lecteur adulte ou un étudiant. Mais pour l’essentiel, le corpus est constitué de fables choisies, publiées seules ou en brèves anthologies destinées à un jeune public. Ce sont les fables qui ont influencé La Fontaine et spécifiquement les plus connues d’entre elles, qui appartiennent au premier livre de ses Fables : « Le rat de ville et le rat des champs », « Le corbeau et le renard » ou encore « La cigale et la fourmi ». Il s’agit de fables que la plupart des élèves apprennent à l’école primaire. Les présenter dans la version d’Ésope permet de jouer sur ce qui est déjà connu en même temps que sur la nouveauté.

C’est un Ésope revisité au prisme de La Fontaine auquel nous avons le plus souvent affaire. En effet, Ésope n’est plus étudié en classe comme il l’était jusqu’au XIXe siècle, souvent à travers des versions bilingues de ses textes. Les listes de référence des ouvrages de littérature jeunesse6 ne l’indiquent qu’au cycle 3, quand La Fontaine est présent à chaque cycle. Ésope est mis de côté au profit d’un écrivain plus récent, national, fortement patrimonialisé et donc probablement plus familier.

À l’inverse, dans une logique de distinction et de découverte, certains adaptateurs cherchent à surprendre en s’appropriant des fables moins connues ou dont les référents sont moins évidents. C’est par exemple le cas avec Le singe et le dauphin publié chez Napodra : l’Antiquité gommée dans les fables mentionnées ci-dessus est ici très présente avec des décors antiquisants comprenant le Parthénon et un bateau de guerre appelé trière7. Il s’agit ici d’un choix singulier d’un éditeur associatif qui se donne un objectif pédagogique en proposant toute une collection de livres à petit prix dédiés à Ésope.

Le singe et le dauphin, Gauthier Piérard, p.2-3

Une auctorialité partagée mais peu équilibrée

Si Ésope est globalement éclipsé par La Fontaine, il se voit aussi disputer l’auctorialité par l’ensemble des collaborateurs qui ont participé à l’élaboration de l’ouvrage et y ont leur nom. Le nom de l’auteur-source, Ésope, est certes inscrit dans la matérialité du livre et souvent mis en avant sur les premières et quatrièmes de couverture. La plupart des éditeurs s’appuie sur son autorité et l’aura de l’Antiquité grecque à laquelle il est associé. Comme l’a noté Sophie Rabau dans sa présentation à Fiction d’auteur ?,le nom des auteurs antiques renvoie à des textes et non à des personnes car l’œuvre a pris le pas sur l’auteur8. Effectivement, les biographies insérées dans le paratexte des ouvrages partent des fables pour broder sur la vie d’Ésope en s’emparant de la rumeur qui le décrit comme très laid, bègue et esclave. Le flou qui entoure l’auteur contribue à son aura mythique, mais conduit aussi parfois à son éloignement. Moins de la moitié des ouvrages du corpus comportent en effet une présentation du fabuliste grec.

L’auctorialité est partagée avec celle d’autres figures, notamment celles, parfois difficiles à démêler, du traducteur et de l’adaptateur. La mention du traducteur est très rare dans le corpus analysé. Elle intervient dans le cas de traducteurs reconnus dans le milieu des études grecques, comme Émile Chambry, Jacques Lacarrière ou Daniel Loayza. Mais plus des trois quarts du corpus ne cite pas le traducteur, alors qu’il est évident qu’une personne a transposé le texte depuis le grec ancien. Il est possible que cette fonction se confonde avec celle de l’adaptation, ce qui ne permet pas de savoir quelle est la part de travail pour ces deux étapes essentielles. Les adaptateurs sont davantage mis en avant et ont parfois une place symbolique supérieure à Ésope. Ils investissent le texte des fables et y apportent leur interprétation et leur vision de la morale. C’est par exemple le cas avec les petites bandes dessinées de Toni et Slade Morrison parues chez Casterman, comme La cigale ou la fourmi ? où les adaptateurs questionnent le lecteur en plaçant les personnages de la fable dans un contexte urbain contemporain9. Traducteur et adaptateur sont valorisés comme d’indispensables relais de ces textes anciens qui, sans eux, ne parviendraient pas aux lecteurs d’aujourd’hui, et comme des acteurs essentiels de la conservation du patrimoine littéraire. À leurs côtés, l’illustrateur joue un rôle important dans l’adaptation des fables d’Ésope aujourd’hui, car ce sont majoritairement des albums destinés à de jeunes lecteurs. Les interprétations des illustrateurs varient en même temps que les partis pris esthétiques. À de rares exceptions près, les éléments antiques sont absents au profit d’une sobriété destinée à mettre en valeur les textes dans leur dimension intemporelle. Ayako Kubo, dans Le Rat de ville et le rat des champs publié chez Lirabelle, propose des personnages simplifiés et des décors dénués d’éléments10.

Le Rat de ville et le rat des champs, Ayako Kubo

La création graphique se fait aussi interprétation et ouvre à un autre niveau de lecture. Dans Le Soleil et le Vent illustré par Susan Gaber, les figures permettent de découvrir les émotions des personnages, comme le soleil11. Le cerf est un élément ajouté par l’illustratrice, absent du texte. Il peut indiquer que l’homme se dirige vers la forêt, ou au moins vers un endroit sauvage, donnant de la profondeur à la fable initiale.

Le Soleil et le Vent, Susan Gaber et Heather Forest, p.9

Plus de la moitié des ouvrages du corpus sont des recueils et l’auctorialité est alors celle de l’anthologiste, qui sélectionne et assemble les textes.. Figure décisive, elle reste néanmoins complètement dans l’ombre et se confond avec l’adaptateur-traducteur ou l’éditeur dans la plupart des cas.

L’éditeur est dans tous les cas celui qui prend la décision de la publication et arbitre entre ces différentes formes d’auctorialité. Son rôle est décisif du fait qu’il produit une forme qui oriente la signification du texte. Les partis pris sont à ce sujet multiples, révélant des positionnements distincts et visant à des usages différents. Certains titres sont axés sur l’aspect scolaire ou pédagogique avec un paratexte assez important. Ce sont des traductions plus que des adaptations, et toujours des anthologies, exhaustives ou non. On les trouve dans des collections comme Le Livre de Poche Jeunesse ou Folioplus classiques, ainsi que dans des maisons comme Flammarion ou Le Matériel Scolaire. Cela ne signifie pas que ces maisons sont spécialisées dans le pédagogique, même si elles orientent une partie de leur production dans ce sens. Elles sont généralement installées dans le paysage éditorial français depuis plusieurs décennies.

Dans une même perspective de transmission de textes patrimoniaux, on trouve aussi des ouvrages très traditionnels,  des anthologies regroupant différents auteurs, ou des ouvrages mettant en valeur l’aspect antique. Les maisons concernées sont indépendantes et ne semblent pas répondre à une logique de marché, comme Fougerouse, ou des associations comme Napodra ou Safrat-Lire c’est partir, cette dernière proposant des livres à 80 centimes d’euro. L’objectif n’est pas le profit mais la diffusion culturelle.

À l’opposé, on trouve un pôle créatif à deux volets. L’un publie des ouvrages qui privilégient le divertissement avec une seule fable adaptée et des modifications par rapport aux textes d’origine. Ce sont des maisons spécialisées dans l’album et la littérature jeunesse, comme Nord-Sud et Minedition. Ce sont aussi des maisons plus jeunes, qui mettent en avant leur volonté de travailler sur l’esthétique et le graphisme pour un plaisir visuel. L’autre volet de ce pôle créatif articule des stratégies commerciales et une volonté d’être visibles auprès des libraires et sur les réseaux sociaux. Les maisons développant ces techniques publient des adaptations libres des fables. Il s’agit de maisons qui appartiennent à de grands groupes, notamment Casterman et Gallimard.  Elles font appel à des auteurs et illustrateurs connus. Par exemple, pour sa collection Mini BD, Casterman a acheté les droits pour trois titres de Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993. Ce sont évidemment des tendances, et beaucoup de titres se situent entre ces pôles.

Le paratexte éditorial représente l’identité de la maison ainsi que ses objectifs. Le format est un premier élément significatif. La plupart des ouvrages du corpus sont des albums, qui coûtent assez cher à cause des illustrations et de la fabrication soignée. Les autres sont des livres de poche dont les prix ne dépassent pas 9 euros. La couverture est un élément capital, que ce soit la première ou la quatrième. Pour Sophie Van der Linden, il s’agit du lieu de pacte de lecture dans les albums car elle renseigne sur le type de discours, le type d’illustration et le genre12. Les albums étant destinés principalement à des enfants, les éléments visuels doivent autant, sinon plus, parler que le texte. Il peut s’agir d’une présentation classique, avec l’évocation d’une scène de l’ouvrage par exemple. Le titre est souvent simple : « Fables d’Ésope », qu’on retrouve chez beaucoup d’éditeurs,  comme chez Nord-Sud13.

Fables d’Ésope, Lisbeth Zwerger, première de couverture

Néanmoins, certaines maisons misent sur des accroches plus originales comme La sagesse des bêtes chez Gautier-Languereau14. La couverture est alors un lieu de création à part entière avec une reprise d’éléments familiers, ici le renard, et un ajout avec les amphores et cratères qui rappellent les origines antiques des fables, et peuvent aider cet ouvrage à se distinguer des autres.

La sagesse des bêtes, Helen Ward, première de couverture

Conclusion

Les fables d’Ésope sont aujourd’hui publiées avec des objectifs très différents, qui se traduisent par des adaptations variées. Il s’agit pour les éditeurs de poser sur le patrimoine de l’Antiquité un regard nouveau et d’exploiter des genres particuliers comme la fable pour transmettre la culture antique aux lecteurs, et les faire réfléchir sur des thèmes assez universaux. Malgré les adaptations, Ésope reste une figure d’autorité, bien qu’il soit souvent occulté par La Fontaine, ou par des talents contemporains reconnus. Le fait de coupler ces auteurs permet sans doute aussi d’assurer la légitimité des ouvrages et, surtout, les ventes.

Rééditer des classiques est souvent une histoire de perspectives. Il s’agit d’abord de perspectives historiques : les siècles et les études successives des textes les ont modelés, de même que la vision que nous en avons actuellement, qui n’est pas celle des anciens. Il peut donc être important d’apporter un regard critique et d’expliquer le contexte de production pour que le lecteur ait suffisamment de recul. De plus, ces rééditions sont faites selon les idées des éditeurs, mais également des différents intervenants, les uns s’adaptant aux exigences des autres et vice-versa. Chaque lecture amène une interprétation qui oriente les partis pris.

Aujourd’hui, de nombreux textes classiques sont publiés sous des formats très différents du genre original, comme des bandes dessinées ou des albums. On peut y voir une forme d’accès simplifié à des textes souvent jugés scolaires et qui peuvent rebuter les lecteurs, et ce grâce aux illustrations. Concernant Ésope, l’aspect classique n’est pas toujours ce qui prime dans les publications. Les intervenants, auteurs et éditeurs, tentent de donner un aspect moderne, peut-être plus attractif, qui invite à se poser des questions sur notre société et notre comportement. La plupart des ouvrages ne visent pas l’exhaustivité, avec un texte intégral. Les choix opérés montrent qu’on peut aborder un auteur et son œuvre par des biais différents, sans pour autant avoir une biographie et une bibliographie complètes. Cela envoie un message : le classique n’est pas ennuyeux et il est à la portée de tous.

Il est tout de même assez étonnant de voir que les adaptations d’Ésope sont en majorité destinées aux enfants. Les fables sont souvent associées aux contes, à leur univers merveilleux et à tout ce qui se rapproche de l’imaginaire, ce qui pourrait viser davantage le public enfantin, d’autant plus avec l’aspect moralisateur qui rejoint l’apprentissage. Tous ces choix touchant à l’aspect éditorial montrent des tendances très différentes, un même groupe de textes pouvant générer des ouvrages très éloignés, parfois sur une même fable, comme « Le rat des villes et le rat des champs ». Ainsi la diversité des partis pris au niveau des textes ou de l’objet-livre montre que les fables d’Ésope sont un vecteur de création.

Bibliographie

Corpus

ÉSOPE, Fables, traduit par CHAMBRY Émile, Paris, Les Belles Lettres, 1967

ÉSOPE, et COSTA Nicoletta, La Cigale et la fourmi, Plélan-le-Grand, Tomawak, coll. Il était une fois, 2009

ÉSOPE, et KUBO Ayako, Le Rat de ville et le rat des champs, Aubais, Lirabelle, coll. Tesselles de Bologne, 2006

ÉSOPE, et LACARRIÈRE Jacques, Fables, Paris, Albin Michel, coll. Espaces libres, 2002

ÉSOPE, DE LA FONTAINE Jean, et MOUSSEL Laurence, Fables, Ris-Orangis, Safrat-Lire c’est partir, 2001

ÉSOPE, et LOAYZA Daniel, Fables, Paris, Flammarion, coll. GF, 2014

ÉSOPE, PIÉRARD Gauthier, et ROBERTI Hervé-Pierre, Le Singe et le dauphin, Nogent-sur-Oise, Napodra, coll. D’après une fable d’Ésope, 2015

ÉSOPE, et WARD Helen, La Sagesse des bêtes : fables d’Ésope, traduit par ROSE Françoise, Paris, Gautier-Languereau, 2004

ÉSOPE, et WORMELL Christopher, Souris et singeries : leçons de vie tirées des fables d’Ésope, traduit par BEAU Nathalie, Paris, Circonflexe, 2008

FOREST Heather, et GABER Susan, Le Soleil et le Vent, traduit par GUINARD Julie, Paris, Circonflexe, coll. Albums, 2010

FOUGEROUSE Marie-Pierre (éd.), Le Paon, un chef-d’oeuvre vivant : anthologie des textes littéraires consacrés au paon, Thurins, Fougerouse, 2015

MORRISON Toni et Slade, et LEMAÎTRE Pascal, La Cigale ou la fourmi ?, traduit par KIÉFÉ Laurence, Paris, Casterman, coll. Mini BD, 2004

PINKNEY Jerry, Le Lion & la souris, Paris, Le Genévrier, coll. Caldecott, 2012

Genre, adaptation et paratexte

BONNÉRY Stéphane, Supports pédagogiques et inégalités scolaires: études sociologiques, Paris, La Dispute, coll. L’enjeu scolaire, 2015

CONNAN-PINTADO Christiane, Lire les contes détournés à l’école : à partir des Contes de Perrault, de la GS au CM, Paris, Hatier, coll. Hatier pédagogie, 2009

DIAMENT Nic, GIBELLO Corinne, et KIÉFÉ Laurence, Traduire les livres pour la jeunesse : enjeux et spécificités, Paris, Hachette, 2008

NIÈRES-CHEVREL Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, coll. Passeurs d’histoires, 2009

PRINCE Nathalie, et SERVOISE-VICHERAT Sylvie, Les personnages mythiques dans la littérature de jeunesse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2015

VAN DER LINDEN Sophie, Lire l’album, Le Puy-en-Velay, L’Atelier du poisson soluble, 2006

VIALA Alain, « Ah, quelle était jolie… », Politix, vol. 5, n° 17, 1992, p.125-141, DOI : 10.3406/polix.1992.1494

Valeur littéraire et auctorialité

BOURDIEU Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, 1991, p.3-46, DOI : 10.3406/arss.1991.2986, www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1991_num_89_1_2986

DUBEL Sandrine (dir.), et RABAU Sophie (dir.), Fiction d’auteur ? Le discours biographique sur l’auteur de l’Antiquité à nos jours, Paris, Honoré Champion, 2001

GLEIZE Joëlle, et ROUSSIN Philippe, La Bibliothèque de la Pléiade : travail éditorial et valeur littéraire, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009

MASSOL Jean-François, et QUET François, L’Auteur pour la jeunesse, de l’édition à l’école, Grenoble-Lyon, ELLUG ENS de Lyon, coll. Didaskein, 2011

NORA Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire. II. La Nation, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque illustrée des histoires, 1986

VIALA Alain, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1992, n° 1, p. 6-15

  1. NDLR : voir Cécile Rabot, « Rééditer l’Odyssée au XXIe siècle : l’éditeur de classiques et le traducteur, ou l’éditeur comme traducteur », Mémoires du livre, 9(1), 2017, doi:10.7202/1043120ar []
  2. ÉSOPE, et COSTA Nicoletta, La Cigale et la fourmi, Plélan-la-Grand, Tomawak, coll. Il était une fois, 2010 []
  3. WORMELL Christopher, et ÉSOPE, Souris et singeries : leçons de vie tirées des fables d’Ésope, traduit par BEAU Nathalie, Paris, Circonflexe, 2008 []
  4. CONNAN-PINTADO Christiane, Lire les contes détournés à l’école : à partir des Contes de Perrault, de la GS au CM, Paris, Hatier, coll. Hatier pédagogie, 2009 []
  5. PINKNEY Jerry, Le Lion & la souris, Paris, Le Genévrier, coll. Caldecott, 2012 []
  6. Eduscol, Liste de référence Cycle 2 et 3 []
  7. PIÉRARD Gauthier, et ROBERTI Hervé-Pierre, Le Singe et le dauphin, Nogent-sur-Oise, Napodra, coll. D’après une fable d’Ésope, 2015 []
  8. DUBEL Sandrine et RABAU Sophie (dir.), Fiction d’auteur ? Le discours biographique sur l’auteur de l’Antiquité à nos jours, Paris, Honoré Champion, 2001, p.17-21 []
  9. MORRISON Toni et Slade, et LEMAÎTRE Pascal, La Cigale ou la fourmi ? traduit par KIÉFÉ Laurence, Paris, Casterman, coll. Mini BD, 2004 []
  10. ÉSOPE, et KUBO Ayako, Le rat de ville et le rat des champs, Aubais, Lirabelle, coll. Tesselles de Bologne, 2006 []
  11. FOREST Heather, et GABER Susan, Le Soleil et le Vent : une fable d’Ésope, traduit par GUINARD Julier, Paris, Circonflexe, coll. Albums, 2010 []
  12. VAN DER LINDEN Sophie, Lire l’album, Le Puy-en-Velay, L’atelier du poisson soluble, 2006 []
  13. ZWERGER Lisbeth, GARAY Nora, et ÉSOPE, Fables d’Ésope, Gossau Zurich, Nord-Sud, 2006 []
  14. WARD Helen, et ÉSOPE, La Sagesse des bêtes : fables d’Ésope, traduit par ROSE Françoise, Paris, Gautier-Languereau, 2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.