Pour une définition du talent ?

Claire Dupin et Cyril Nazareth se sont rendu·e·s au colloque  « Le talent et ses approches en sciences sociales », qui a eu lieu au Collège de France, 16 mai 2017. Ils nous présentent ici un compte-rendu de cette journée.

Au terme d’un cycle de séminaires traitant de la relation entre le talent et les inégalités, le colloque « Le talent et ses approches en sciences sociales. Attributions, marchés, mobilités » s’est tenu au Collège de France le 16 mai 2017. Pierre-Michel Menger, titulaire de la chaire de « Sociologie du travail créateur », remarque en introduction que la sémantique du talent, répandue dans l’ensemble des espaces sociaux, permet aux acteurs de s’expliquer les inégalités entre les productions artistiques, scientifiques, entrepreneuriales ou sportives. Désignant une capacité particulière à réaliser des choses rares, induisant parfois une reconnaissance par un ensemble plus ou moins large d’observateurs, la notion de talent correspond à une performance remarquable. Par métonymie, elle peut aussi désigner les individus à qui cette performance est attribuée.

Cette journée interdisciplinaire offre un kaléidoscope d’approches de la notion de talent au travers d’une diversité d’objets de recherche. Des économistes, des historiens et des sociologues ont été invités à explorer les processus de sélection, de célébration et de rémunération des individus porteurs d’un talent. L’économiste Cecilia García-Peñalosa et l’historien Pierre Verschueren proposent d’objectiver les ressorts de la mobilité internationale des élites diplômées de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, les économistes Wladimir Andreff et Alain Trannoy mènent une réflexion sur la justice sociale en analysant les formes de sélection et de rémunération du talent. Enfin, l’historien Antoine Lilti, le sociologue Jean-Louis Fabiani et le juriste Laurent Pfister abordent la sociogenèse des catégories de classement des compétences nécessaires à la production artistique ou intellectuelle.

Les ressorts de la mobilité internationale des talents

Les individu·e·s diplômé·e·s de l’enseignement supérieur représentent une part très minoritaire de la population mondiale, convoitée dans un contexte de concurrence mondialisée. Cecilia García-Peñalosa propose un état du marché et rend compte des ressorts, des coûts et des bénéfices de la mobilité internationale de cette frange diplômée de la population. Pierre Verschueren s’intéresse au cas particulier des apprenti·e·s physicien·ne·s issus des Grandes Écoles françaises dans le contexte de la reconstruction (1945-1968).

L’exposé de García-Peñalosa postule le talent comme une catégorie dont la valeur, stable, est incorporée par les individu·e·s. La chercheuse propose des mesures techniques1 pour influencer la répartition internationale des talents. Le travail archivistique de Verschueren rend compte des logiques institutionnelles qui président la mobilité internationale des chercheur·e·s. Dans le champ scientifique, la reconnaissance du talent ne peut se réaliser que dans un espace social institué et rémunérateur. L’analyse des archives permet de rompre avec une conception essentialiste de la quantité de talent et de sa valeur.

L’économiste García-Peñalosa propose un ensemble de diagnostics et de propositions en faveur de la mobilité internationale des individu·e·s diplômé·e·s de l’enseignement supérieur. Dans un contexte de concurrence internationale, elle définit « les talents » comme des individu·e·s aux compétences de rang élevé constituant un « capital humain ». Elle dépeint les contraintes et les catalyseurs des flux de « talents », mais aussi leur impact sur les économies nationales. Ainsi, le départ de nombreux « talents » à l’étranger engendre une diminution des rentrées fiscales pour les États formateurs. García-Peñalosa interprète la baisse du financement de l’éducation publique – observée dans de nombreux pays développés – comme une compensation de ces pertes financières. En contrepartie, l’afflux de « talents » étrangers comble le déficit de main d’œuvre hautement qualifiée. En conséquence, elle montre que les pays riches d’Europe du Nord réalisent depuis plusieurs années des investissements généreux dans la recherche afin de maintenir dans le giron national leurs élites universitaires.

Sur ce plan, l’exposé de l’historien Verschueren offre une comparaison avec le cas de l’élite scientifique dans une période de redressement économique. Il montre une congruence entre le soutien financier à la recherche et l’internationalisation des échanges scientifiques, sous la forme de collaborations et de mobilité des chercheur·e·s. À partir du cas des physicien·ne·s français·es durant la reconstruction après-guerre (1945-1955), il porte la focale sur les stratégies des élites en faveur d’un rattrapage scientifique. Lors des premières années après l’Armistice, le contrôle drastique des changes et des sorties du territoire (toute demande devait être visée par le Ministre de tutelle) affecte la mobilité des doctorant·e·s. Face à ces difficultés, de grands noms de la discipline (Pierre Auger, Yves Rocard, Frédéric Joliot) mobilisent leurs réseaux d’interconnaissance. Leur célébrité bénéfice à leurs protégé·e·s issu·e·s des grandes institutions de formation scientifique telles que les Écoles Polytechnique et Normale supérieure. À leur retour des États-Unis, ces jeunes chercheur·e·s fondent leurs laboratoires en France avec le soutien d’institutions publiques et privées (CEA, CNRS, CERN, ou fondations Rockefeller et Rotary), en dépassant parfois les montants alloués par la constitution de caisses grises qu’alimentent des entreprises difficilement identifiables pour l’historien. À mesure que le CNRS organise une politique favorable à la mobilité de l’élite scientifique, l’historien observe que la multiplication des échanges met fin aux mécanismes de l’interconnaissance. Par conséquent, une logique de réputation fondée sur des critères académiques s’instaure. Les acteurs et actrices étudié·e·s par Verschueren revendiquent la prise en compte par leurs tutelles de besoins spécifiques aux divers moments de la carrière scientifique. Cela passe par l’établissement de statuts distincts entre les physicien·ne·s jeunes, confirmé·e·s et senior·e·s.

De ce point de vue, la présentation de García-Peñalosa ne différencie pas de manière évidente les différentes franges de « talents » en mobilité. La catégorie homogène des « diplômés de l’enseignement supérieur » ne permet pas de distinguer les jeunes entrant sur le marché du travail et les cadres dominant les espaces académiques, financiers ou industriels. La comparaison des trajectoires biographiques d’un·e jeune diplômé·e sans perspectives locales d’emploi à la hauteur de sa qualification avec celle d’un·e professeur·e renommé·e mettrait en évidence des ressorts de mobilité bien différents.

García-Peñalosa propose pourtant des éléments pour penser les variations entre catégories de « talents ». Par exemple, l’attrait d’un pays pour un·e chercheur·e de renom dépend du pouvoir de recruter des assistant·e·s en nombre pour mener des projets de recherche. Dans le cas de la France, García-Peñalosa pointe deux obstacles majeurs. Tout d’abord, les études subventionnées des jeunes étrangers représenteraient un manque à gagner pour l’État français en raison du faible taux d’installation de ces jeunes qui, une fois diplômé·e·s, quittent la France. En ce sens, García-Peñalosa propose la signature d’accords internationaux soumettant le financement des études de ressortissant·e·s étranger·ère·s à des contraintes. Par ailleurs, elle plaide pour une simplification des politiques sociales. On peut s’interroger ici sur la compatibilité entre ce type de mesure et l’investissement des pays nordiques2 cité en exemple par García-Peñalosa dans la perspective du maintien des « talents » en France. Verschueren montre à ce propos que le retour des docteur·e·s français·es formé·e·s aux États-Unis s’accompagne de moyens pour créer des laboratoires en France. La question des mesures à prendre pour attirer, pour retenir ou pour mieux répartir les talents rejoint alors largement les réflexions menées pour articuler rémunération des talents et justice sociale.

Régulation et rémunération du talent : le dilemme de la performance et de la justice sociale

La compétition sportive offre aux chercheur·e·s des objets pour penser l’égalité des chances de nos sociétés. Deux économistes mobilisent leurs outils d’analyses empiriques et théoriques en vue de définir des règles favorisant une forme de justice sociale.

Spécialiste du marché sportif, Wladimir Andreff s’intéresse également à la circulation des « talents ». Il propose de définir le talent comme le produit d’un processus d’acquisition par le travail systématique de l’entraînement sportif, dont le rendement est donné en nombre de victoires. Il compare deux grands modèles de compétition de sports collectifs : les ligues «fermées» nord-américaines présentent une économie planifiée, les ligues « ouvertes » européennes organisent un marché libre du talent sportif.

Dans le cas des ligues dites fermées, la quantité de talents est fixe en raison de la régulation stricte appliquée à l’entrée de nouveaux joueurs dans l’espace compétitif et au marché des transferts entre les franchises de la Ligue. La concurrence aboutit à une adaptation des clubs aux prix du marché pour acquérir du talent supplémentaire (phénomène des wait takers). À partir de l’hypothèse selon laquelle chaque joueur incarne une unité homogène de talent, toute unité de talent supplémentaire est acquise au détriment des clubs concurrents. L’équilibre est atteint lorsqu’aucun des clubs de la Ligue ne désire plus acquérir davantage de talent. Dans ce cas idéal, le revenu marginal dégagé par une unité de talent correspond au prix du marché. L’équilibre est réalisé puisque toutes les équipes possèdent des chances équivalentes de remporter la compétition. La maîtrise des flux de talent et de l’inflation salariale par une régulation stricte vise un équilibre des forces synonyme d’incertitude. Or, Andreff conçoit le résultat incertain comme un critère fondamental pour l’attractivité de la compétition sportive pour les consommateur·rice·s de spectacle sportif.

En revanche, dans le cas des ligues ouvertes, l’acquisition de talents supplémentaires est libre sur un marché où l’offre de talent est variable. Les clubs achètent toujours plus de talents en vue de maximiser leurs chances de victoire. Alors que certain·e·s économistes postulent des contraintes « dures » sur le marché du talent –c’est-à-dire un respect rigoureux de l’équilibre des budgets par les clubs– pour Andreff l’hypothèse est inverse, il décrit des règles financières lâches. Nombre de clubs présentent des déficits à l’issue de leurs campagnes de recrutement. Par conséquent, sur ce marché ouvert, de nombreux joueurs se trouvent au chômage. La majorité des journey men luttent pour des salaires inférieurs au revenu marginal dégagé par le club, quand quelques super stars engrangent des sommes supérieures au revenu marginal.

Andreff considère l’incertitude comme la garantie de l’attrait d’un large public de consommateurs et donc de plus grands profits pour les clubs. Pourtant de nombreux travaux montrent que ce type de competitive balance ne s’avère pas indispensable pour maintenir ou élargir la fan base. Le « paradoxe des Yankees3 » indique un maintien de l’intérêt des téléspectateurs pendant plusieurs années malgré l’écrasante domination de la Baseball League (fermée) par la même équipe de New York City. De la même manière, l’accumulation des titres par Manchester United dans les années 1990 en Premier League anglaise de football (ouverte) n’a pas tari la formidable rentabilité du theatre of dreams4 . Andreff offre des solutions favorables à l’équilibre des forces mais il ne résout pas la question de la relation entre le niveau de rémunération extraordinaire des super stars (selon sa propre catégorie) et celui beaucoup plus bas des autres joueurs.

On peut regretter que l’exposé écarte la perspective socio-historique adoptée par Manuel Schotté5 afin de mieux saisir les ressorts sociaux de l’inflation et de l’inégalité salariale dans le football professionnel. À partir du cas de la Ligue professionnelle et de l’UNFP6, le sociologue rend compte des rapports de force propres à ce sous-champ du sport professionnel. En 1973, la signature de la Charte du football français refonde le statut de joueur professionnel. Les nouveaux contrats de travail favorisent la mise en concurrence des clubs. La situation est inédite sur le marché du travail puisque les prestations publiques des joueurs les autorisent à vendre leur force de travail au plus offrant. L’inflation salariale précède donc de plusieurs décennies la libéralisation du marché international, liée à l’arrêt dit « Bosman » en 19967. De telles approches permettent d’objectiver les rapports sociaux à l’origine de l’injustice pointée par Andreff lors de ce colloque.

L’économiste Alain Trannoy adopte une perspective théorique sur « l’égalité des opportunités » pour traiter de la juste rémunération du talent. Considérant le talent comme une substance « largement inobservable », il se consacre à une réflexion « purement théorique » pour analyser le différentiel de performance entre deux individus produisant des efforts similaires. La démonstration de Trannoy se réfère à deux auteurs, John Roemer et Marc Fleurbaey, qu’il situe entre la philosophie politique et l’économie. Son développement porte sur la juste récompense des efforts fournis par l’individu le plus talentueux, mais aussi aux compensations à apporter aux perdants dans l’intention de préserver le contrat social. Inspiré par l’École de Chicago et la pensée néoclassique, Trannoy est en quête du principe de justice censé animer le concept « d’égalité des opportunités ». L’atteinte de cet objectif dépend de l’acuité avec laquelle on définit la responsabilité de l’individu·e. Autrement dit, l’ambition ne consiste pas à réduire les inégalités, un projet visant une « banale égalité » des performances, mais plutôt à déterminer la juste récompense, ou compensation aux efforts fournis par l’individu·e. L’exposé oscille entre les propositions de Roemer et Fleurbaey. Le premier s’attache aux circonstances « sociales » dans lesquelles l’individu·e produit son effort. Ainsi, il prête une grande attention aux compensations à apporter aux individu·e·s les plus en difficulté. Le second privilégie le principe de « récompense naturelle », car il considère les différences de résultat comme la conséquence de l’exercice du libre arbitre, soit de la responsabilité individuelle. Cependant, Trannoy se dit démuni pour expliquer les différences d’objectifs que se fixent des individu·e·s aux caractéristiques semblables. Il précise que nombre de sociologues et de psychologues mènent des travaux à ce sujet, sans les inclure pour autant dans son raisonnement.

Enfin, Trannoy met en garde contre la dérive que constitue l’absence totale de compensation. En l’absence de considération pour les circonstances de leur action, les individu·e·s cesseraient de croire au principe de l’égalité des chances. Avec d’autres (Anne Case et Angus Deaton), il s’inquiète du sort des «malchanceux·ses» déterminant pour l’avenir du «contrat social». En référence à l’œuvre de John Rawls, il se veut optimiste en attribuant aux inégalités une vertu de justice : « lorsque Zidane marque un but, le plus démuni de la cité phocéenne est heureux ». Selon l’auteur de La justice comme équité, les bénéfices généraux sont conséquents lorsqu’un talent réalise un exploit. Trannoy considère donc la domination comme une source de bonheur pour les dominé·e·s, pour peu qu’elle soit exercée avec brio par des êtres d’exception. Néanmoins, soucieux de la solidarité propre au contrat social, Trannoy émet l’idée d’une « mutualisation de l’excellence » afin de soutenir la justice sociale.

Ces réflexions suggèrent que faire reconnaître le talent de quelques-un·e·s permettrait de justifier les inégalités. Dès lors, la constitution de catégories de jugements sociaux, scolaires ou juridiques destinés à mesurer et à hiérarchiser les talents devient un enjeu de pouvoir. En faire la genèse, c’est alors analyser comment la sémantique du talent accompagne la possibilité pour certain·e·s de faire reconnaître leur mérite, d’accéder à des rémunérations et de faire valoir des droits.
Depuis les ouvrages pionniers de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron8, une importante littérature a mis en évidence les processus conduisant les dominés à alimenter leur propre domination. Ces dernières années, plusieurs enquêtes sociologiques ont éclairé les mécanismes de reproduction des inégalités et ont battu en brèche les représentations idéologiques attribuant aux dominants les lauriers des méritants9.

La sociogenèse des catégories de classement du talent

Les milieux artistiques et culturels permettent aussi de multiplier les approches sur la question du talent. Les historien·ne·s et les sociologues mobilisent leurs outils méthodologiques afin d’analyser les manifestations du talent, ainsi que ses répercussions sur la réception de la production.

L’intervention d’Antoine Lilti s’intéresse ainsi à la corrélation entre célébrité et talent, et plus précisément à leur articulation et à leur (absence de) concordance. En étudiant plus spécifiquement le moment où se développe à la fois la célébrité comme phénomène médiatique et la sémantique du talent, il cherche à montrer que les principes nouveaux de mérite et de célébrité, se nourrissant toutes deux de l’individualisme, viennent chacune tenter de remplacer le principe d’ordre par la naissance de l’Ancien Régime, et vont ainsi s’opposer.

Lilti insiste, en ouverture, sur la distinction à effectuer entre réputation et célébrité. Alors que la réputation est un jugement d’estime envers une capacité, un talent, et concerne un groupe restreint d’interconnaissance, la célébrité se définit comme une exposition publique. Elle s’autonomise dès lors de la question du talent, et de fait l’historien multiplie les exemples de célébrités qui n’ont guère plus à voir avec le talent initial qui les a faits connaître. Buffon est ainsi le sujet d’une Vie privée rédigée par son secrétaire, qui garantir de tout dire, sauf quand cela concerne son travail ; Voltaire est couronné, via son buste, sur la scène de la Comédie française et ne se distingue dès lors plus d’un quelconque comédien à succès ; Rousseau, lui, est attendu par une foule incapable de dire ce qu’a produit « Jean-Jacques ». Alors qu’elle pourrait être une forme étendue de la réputation, et donc sanctionner en un sens le talent, la célébrité apparaît plutôt comme une punition, un envers de la médaille. De fait, le ressort de la célébrité est la curiosité, un désir de familiarité avec individu et non une estime concernant son talent. Ce phénomène médiatique fait donc rapidement l’objet de débats, d’ailleurs contemporains des discours sur la question du talent – ou plutôt, des talents.

La pensée des Lumières accorde en effet une importance cruciale à la notion de talent, que l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen 10 rend manifeste. La hiérarchie des talents et vertus s’impose comme nouveau socle de l’organisation sociale, justifiant les inégalités par le mérite et non plus par la naissance – les « talents » constituent alors, par métonymie, cette élite nouvellement reconnue pour leurs compétences. Aussi devient-il nécessaire de pouvoir l’identifier et l’évaluer, et c’est là que la célébrité s’articule de façon ambivalente avec le talent. Il n’existe de fait pas d’attestation du talent, si ce n’est peut-être via l’estime sociale – aussi, si le talent se mesure grâce au public, la célébrité ne pourrait-elle pas en être un attribut ? Lilti montre néanmoins que, loin d’être considérée comme une forme superlative de la reconnaissance, la célébrité apparaît plutôt comme menaçante, suspecte, voire dangereuse. Nombreux sont ainsi les auteur·e·s11 à lui reprocher une trop grande autonomie vis-à-vis du talent. La célébrité semble ainsi s’entretenir via des mécanismes de séduction envers un public crédule et large ; plus encore, elle apparaît comme illégitime puisqu’elle récompense sans passer par les critères de jugement propres à chaque domaine de production. La célébrité met ainsi sur le même plan des personnalités aux réalisations hétérogènes : un·e acteur·rice, un·e écrivain·e, un·e scientifique ou un·e peintre, ignorant dès lors ce qui fait leur spécificité, leur talent.

Lilti conclut en s’interrogeant sur l’exclusion de la célébrité dans la sémantique du talent. Existe-t-il un talent pour la célébrité ? Distingue-t-on une capacité particulière à susciter l’intérêt du public, à produire des nouvelles, à se mettre en scène comme personnage ? Ces questions, de plus en plus présentes aujourd’hui avec un marché de la notoriété, ont longtemps été considérées comme illégitimes. En effet, alors que le talent se fondait davantage sur un principe d’utilité sociale que sur un principe individualiste, à coupler à la notion de vertu, et participait d’un patrimoine commun de la société, la célébrité était, elle, indifférente au bien ou au mal et relevait d’un pur principe de concurrence. C’est, selon Lilti, cette absence d’utilité de la célébrité qui a empêché, au XVIIIème siècle, son intégration à la sémantique du talent.

Les tentatives pour construire une définition juridique du talent révèlent ensuite le caractère mouvant de cette notion. Historien du droit, Laurent Pfister se propose d’étudier la présence du talent dans différents textes de droit datant du XIXème siècle. Il prend pour définition de départ celle de l’Académie française de 1835, mais signale rapidement l’absence du terme dans les dictionnaires juridiques, montrant par la même que la notion est, apparemment, étrangère à la sphère juridique. En réalité, elle apparaît dans plusieurs textes, et en premier lieu, dans l’article 6 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, précédemment cité. Mentionné dans les textes relatifs à l’accès à la fonction publique, le terme de « talent » apparaît surtout dans les sources juridiques qui concernent les artistes, non sans poser problème. La singularité même de la notion et de sa définition va à l’encontre de certains principes juridiques de base, à savoir l’absence d’arbitraire dans le jugement et le caractère général, impersonnel et non-discriminant de la loi.

Dans un premier temps, Pfister s’intéresse au talent comme objet dans les contrats d’interprétation : ceux-ci spécifient en effet que l’acteur ou l’actrice doit « attribuer au directeur de théâtre la jouissance exclusive de son talent dramatique ». C’est donc son talent que loue l’interprète, et cette situation fait l’objet d’une controverse juridique, les juristes cherchant à savoir si ce contrat peut s’apparenter à un louage de service. Les arguments, qu’ils soutiennent ou non cette position, admettent tous la spécificité du talent de l’interprète, et rendent d’ailleurs compte de l’élévation sociale qui a profité aux acteur·rice·s, ceux-ci étant considéré·e·s comme des infâmes jusqu’au milieu du XVIIème siècle. Aussi, quand le contrat d’interprète est assimilé à un contrat de louage – à l’instar de celui qui lie un·e ouvrier·ère au patron, ou un·e domestique à son maître – il devient un louage sui generis, d’une nature spécifique car liée au talent. Le talent est encore au centre des réglementations autour du métier d’acteur puisqu’il peut aussi déterminer la conclusion dudit contrat. Pfister rappelle ainsi que, tout au long du XIXème siècle, le directeur de théâtre peut renvoyer un·e acteur·rice si celui-ci ou celle-ci n’a pas fait preuve de son talent lors des premières représentations (les « débuts » pour un·e novice, la « rentrée » pour un·e expérimenté·e). C’est donc le public qui devient juge du talent, et il est alors intéressant de voir comment est évalué le succès d’une interprétation : jusqu’au XIXème siècle, ce sont les sifflets et les applaudissements qui permettent d’évaluer le talent, tandis que dès 1860 à Paris, le jugement de la presse est aussi pris en compte. Cette attention portée par le directeur à la réception publique et critique s’explique facilement par la recherche d’un succès commercial. Mais là encore, le talent, tel qu’il est évalué dans ces situations, peut faire l’objet de jugements juridiques : c’est notamment le cas quand un acteur cherche à annuler un renvoi par un directeur de théâtre, ou quand il attaque une critique mauvaise pour diffamation. Néanmoins, les juges ne se prononcent alors pas tant sur la réalité du talent que sur sa sanction publique, ce qui évite une fois de plus de statuer juridiquement sur cette notion.

Malgré le flou qui entoure cette notion du point de vue du droit, celle-ci est encore convoquée dans le droit de propriété. Pfister rappelle ainsi qu’au XIXème siècle, la loi de 1791 protège les auteurs, écrivains, compositeurs mais ne définit aucuns réels critères de protection – en somme, rien n’indique comment distinguer une œuvre d’un objet quelconque. Ce sont alors la doctrine et la jurisprudence qui se sont attachés à définir lesdits critères, et celles-ci font bien souvent appel à la notion de talent. Qu’il s’applique à la peinture, à la sculpture, au théâtre ou encore à la photographie, le talent apparaît alors comme le critère nécessaire à l’identification d’une œuvre. Cette affirmation donne ainsi naissance à des situations apparemment incongrues : des comptes rendus parlementaires sont par exemple considérés comme objets de propriétés dans la mesure où leur auteur·e a fait preuve de talent, tandis qu’à l’inverse, un·e copiste se voit refuser le droit de propriété car l’objet n’est pas issu de son talent. Après de multiples controverses, la loi régissant le droit de propriété est modifiée en 1902 et empêche toute référence au talent dans ses applications futures : désormais, une œuvre est protégée quel que soit le talent de son auteur·e. Pour le juge, le risque d’arbitraire s’éloigne donc.

Si la notion de talent, jugée insaisissable, s’éloigne du vocabulaire juridique, elle se diffuse cependant dans d’autres cadres. À ce titre, Jean-Louis Fabiani propose une intervention autour du Concours de Claire Simon, documentaire s’intéressant au concours d’entrée d’une école de cinéma, la Fémis12 . Pour le sociologue, la création cinématographique, à mi-chemin entre art et industrie, est un domaine propice à l’étude des jugements à l’origine des échelles de talents. Il expose diverses pistes de réflexions sociologiques sur le talent et la possibilité de le détecter.

La première propose de s’intéresser à la forme de détection du talent proposée dans ce film, à savoir le concours. Le concours d’entrée à la Fémis prend deux formes : une épreuve écrite, anonyme, assez traditionnelle dans les concours nationaux, et des entretiens oraux, où le candidat ou la candidate doit faire montre d’une personnalité artistique en devenir. Ensemble, ces épreuves doivent permettre aux examinateurs et examinatrices de déceler un talent potentiel, mais à l’aide de quelles grilles de notation ? Fabiani souligne les risques de biais, notamment de jugements sociaux pouvant influer sur les jugements scolaires et/ou techniques. Il y aurait aussi une menace de routinisation : à force de développer des formes d’évaluation standardisées et codifiés, les institutions risquent de nourrir les automatismes et une certaine formation intellectuelle, technique ou artistique. Il existe pourtant, et celle-ci peut aussi mettre en œuvre les biais évoqués plus haut, une marge d’interprétation, qui laisse alors un espace de jeu pour le ou la candidat·e comme pour les juges.

La deuxième piste conduit à s’interroger sur les critères de jugement convoqués lors de la sélection. Représentant·e·s légitimes de la profession, les membres de jury ne cessent de s’interroger quant aux choix qu’ils effectuent, et quant aux raisons de ce choix. Citant des passages du film, Fabiani énumère ainsi les différentes caractéristiques pouvant être sanctionnées par le jury : l’aisance, l’authenticité, l’embarras, la fraîcheur, la prise de risque, la mise en danger, la surprise… Il souligne la particularité des épreuves orales, où le ou la candidat·e doit faire apparaître une personnalité artistique, ou du moins son potentiel – face à cela, les qualités attendues semblent être l’authenticité et l’adéquation entre l’individu·e et le projet. Il apparait alors une difficulté réelle à déterminer ce qu’est un potentiel en devenir, difficulté que traduit d’ailleurs l’anxiété du jury à « rater » un talent en germe. Plus qu’un talent, le jury repère davantage des indices, les corrige ou les neutralise par d’autres afin de détecter un « désir de cinéma », selon les membres du jury.

La troisième réflexion proposée concerne d’ailleurs l’efficacité de ce système à détecter le talent. Dans le cas du concours d’entrée à la Fémis, le quelque millier de candidat·e·s refusé·e·s serait le garant de cette efficacité. Les modalités même du concours, qui opère des sélections toujours plus drastiques à chaque épreuve afin de ne conserver qu’une soixantaine d’admis·es, bien que souvent étudiées des sociologues, sont remarquablement révélés dans le documentaire de Claire Simon. Le concours transforme alors des micro différences – de talent ? – en macro différences entre reçu·e·s et refusé·e·s, bien que, dans le cas de la Fémis, l’admission à l’école ne donne en réalité aucun droit. Entrer à la Fémis ne garantit en effet en rien le succès dans l’industrie cinématographique. De même, en être écarté ne confine pas à l’échec le futur cinéaste – à ce titre, Fabiani convient qu’il serait intéressant de produire une étude de la carrière de réalisateurs et réalisatrices admis·es et refusé·e·s à la Fémis, afin de rendre compte de façon plus empirique de l’efficacité de ce système.

Alternativement synonyme de mérite, de réussite ou encore de valeur, le talent apparaît, à la suite de ce colloque, comme un objet d’étude mouvant, confus et indéterminé ; il semble donc encore devoir faire l’objet d’une définition, que chaque intervention esquisse sans apporter de réponse définitive. Grâce aux outils des historien·ne·s, des économistes et des sociologues, se dessinent néanmoins les contours du talent, de ses manifestations et de ses modalités d’enregistrement ou de mesure. Loin de s’épuiser, l’étude du talent laisse entrevoir encore de nombreux sujets d’analyse, ainsi que le suggéraient les réactions riches et nombreuses suivant chaque communication. La publication des actes du colloque, et la reconduction d’un cycle de séminaire autour de cette notion au Collège de France l’année prochaine, sont aussi la preuve d’un intérêt maintenu et prometteur pour le sujet.

  1. Pour les chercheur·e·s confirmé·e·s : des incitations financières et fiscales ; pour les étudiant·e·s et assistant·e·s : des obligations d’exercer dans le pays d’étude et un allègement de leur protection sociale. []
  2. Une dépense publique importante liée à la création d’emplois pérennes et des conditions d’exercice attractives. []
  3. Wladimir Andreff utilise cette expression générique passée dans le langage courant des économistes spécialistes de ces questions. Voir par exemple : John Vrooman, “The baseball players’ market reconsidered”, Southern Economic Journal, Vol. 63, no2, 1996, p.339-360. []
  4. Surnom donné au stade de Manchester United par Robert Charlton (1937-). []
  5. Manuel Schotté, La construction du talent: sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raisons d’agir, 2012. []
  6. Union nationale des footballeurs professionnels, syndicat des footballeurs professionnels français. Cf. A. Wahl, P. Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années 1930 à nos jours, Paris, Hachette, 1995 []
  7. « L’arrêt Bosman est une décision de la cour de justice des communautés européennes (CJCE) qui a porté sur deux points. D’une part, elle invalide les règlements sportifs limitant à trois le nombre de joueurs étrangers par club et qui constituaient jusqu’alors une entrave à la mobilité professionnelle en Europe. D’autre part, elle pose pour principe que les joueurs en fin de contrat de travail sont désormais libres de droit et peuvent faire valoir leur savoir-faire sur le marché sans que leur club d’origine ne puisse exiger une indemnité de transfert comme cela était le cas auparavant » Frédéric Rasera, Le métier de footballeur. Les coulisses d’une excellence sportive.Université Lumière Lyon 2, Lyon, 2012, p. 18. []
  8. Jean-Claude Passeron et Pierre Bourdieu, Les héritiers : Les étudiants et la culture, Paris, Les Editions de Minuit, 1964 ; Pierre Bourdieu, La noblesse d’état: grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éd. de Minuit, 2002. []
  9. Paul Pasquali, Passer les frontières sociales: Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, Paris, Fayard, 2014 ; Christel Coton, Officiers: des classes en lutte sous l’uniforme, Marseille, Agone, 2017 ; Wilfried Lignier, La petite noblesse de l’intelligence : Une sociologie des enfants surdoués, Editions La Découverte, 2012. []
  10. « Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. » []
  11. “A celebrity is a person who is known for his well-knownness”, Daniel J. Boorstin, The Image: A Guide to Pseudo-Events in America, New York, Vintage books, 1992 [1961], p. 57. []
  12. Ancienne Fondation européenne des métiers de l’image et du son, aujourd’hui Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.