Prolégomènes pour un dialogue sur l’art et l’éducation, par Joris Cintéro

Compte rendu du premier séminaire « Art et éducation : politiques professions, pratiques », Strasbourg, 14 Février 2019.

par Joris Cintéro – Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques – Université Lyon 2 Joris.cintero@univ-lyon2.fr

Le premier séminaire « Art et Éducation : politiques, professions, pratiques » a démontré la fécondité de son approche interdisciplinaire tout en s’avérant un lieu d’échanges pertinent entre des chercheurs de disciplines différentes qui, au-delà des ponts effectués au sein de certains travaux, n’ont pas nécessairement l’occasion de se rencontrer.

Organisé à la Maison Interdisciplinaire des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA) de Strasbourg le 14 Février 2019, ce premier séminaire inaugure une réflexion engagée pour une durée de 2 ans qui sera suivie par trois autres séminaires et deux journées d’études organisées entre Strasbourg, Bordeaux et Lyon. Fruit d’une collaboration entre des chercheur·se·s issu·e·s d’horizons disciplinaires différents, ce séminaire ambitionne – comme le soulignent ses organisateur·trice·s en introduction – de « s’arrêter sur un certain nombre de questions portant sur les relations entre l’art et l’éducation ».  

Le programme de cette première journée est significatif de la démarche. Une première réflexion, lancée par Stéphane Bonnéry, professeur en sciences de l’éducation à l’Université Paris VIII, plante le décor, dessine le paysage des recherches en éducation sur le thème de l’enseignement et de l’éducation artistique, de sa genèse jusqu’aux travaux actuels, en mettant en lumière les différents sillons qui ont permis d’en arriver à l’état actuel des connaissances sur le sujet. Marie-Pierre Chopin et Jérémy Sinigaglia esquissent ensuite un travail collectif visant à mettre en perspective les rapports qu’entretiennent respectivement les sciences de l’éducation et la science politique avec l’objet « éducation artistique et culturelle » (EAC dans la suite du texte). Mêlant approches historique, épistémologique et statistique, la présentation des deux chercheur·e·s montre la relative fraicheur de l’objet “EAC” pour les deux disciplines, même s’il s’inscrit, si ce n’est dans un ensemble structuré de recherches, au moins dans un ensemble de problématiques travaillées par ces deux disciplines.

Par la suite, Cécile Prévost-Thomas, maîtresse de conférences en sociologie, discute la notion de médiation culturelle à travers la présentation de son travail avec les étudiant·e·s du Master qu’elle dirige à la Sorbonne Nouvelle (M2 « Médiations de la musique »). La fin de la journée se conclut par la présentation des travaux de fin d’études des étudiant·e·s du Master « politiques et gestion de la culture ». Enfin, trois exposés centrés sur des points distincts (politiques, professions, pratiques) présentent les opérations à venir.

La constitution d’un champ de recherches sur l’enseignement de l’art et de la culture à l’école

L’introduction proposée par Stéphane Bonnéry donne à voir un paysage historique de la recherche et délivre des pistes d’étude pour le prolongement des travaux de ce séminaire. L’histoire qu’il dessine se découpe en deux grandes périodes intrinsèquement liées. La première, fondatrice, se caractérise par des initiatives pionnières – principalement sociologiques et philosophiques – dont S. Bonnéry analyse les paris et les apories, ainsi que la difficulté qu’elles eurent à travailler de front sur des objets relevant d’espaces disciplinaires différents. En effet, l’étude des rapports entre art et éducation est relativement récente en France, cantonnée jusque dans les années 80 à des approches philosophico-esthétiques, mouvement dont Georges Snyders est l’un des éminents représentants. Constat identique en sociologie où la spécialisation disciplinaire bride l’étude de ces objets dont la particularité est de se situer toujours à l’interface des différents champs disciplinaires. À ce titre, S. Bonnéry voit dans Les Héritiers, publié en 1964 par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, une approche transversale fondatrice pour le travail de recherche en sociologie de la culture, à la croisée d’une sociologie des classes sociales, d’une sociologie de la culture et d’une sociologie du système éducatif. Cette première période est d’ailleurs caractéristique d’une division du travail par classes d’âge entre sociologues (étudiant les adolescents et les adultes) et psychologues et plus tard didacticiens (considérant les enfants).

La seconde période, qui commence dans le courant des années 90, reprend pour point de départ ces multiples apories et se concentre sur la genèse des dispositions culturelles dans une perspective transversale croisant sociologies de l’éducation, de la famille, des classes sociales, des politiques publiques ou encore des œuvres. Cette seconde période coïncide avec un regain d’intérêt pour ces objets et une évolution de la place de la culture dans la société. S. Bonnéry fait à ce sujet l’hypothèse d’un retournement culturel par lequel, au sein de l’école, la science et les loisirs ont pris la place des humanités et de l’art qui, sans disparaître, se retrouvent à la fois moins centraux et plus diffus. C’est dans ce contexte que s’insère, dans sa présentation, l’injonction politique à inclure, au sein de l’école, l’éducation artistique et culturelle (EAC) – à l’image du plan chorale récemment proposé par le ministère de l’éducation nationale. S. Bonnéry expose les différents domaines de spécialisation qui intègrent aujourd’hui la question de l’enseignement des arts – sociologie du curriculum, sociologie des professions, sociologie des publics. Au sein d’un même courant théorique, les travaux tendent à à traiter d’objets “neufs” permettant de saisir certaines évolutions des « pratiques culturelles » (écriture, musiques actuelles, pratiques d’écoute, théâtre, fan-fictions…).

À travers ces travaux, relevant majoritairement de la sociologie dite « critique » et témoignant  de la vitalité de la recherche sur l’EAC en sociologie de l’éducation, la présentation de Stéphane Bonnéry fait apparaître la centralité des approches sociologiques dispositionnalistes et du concept de forme scolaire. La prééminence de ce dernier concept dans l’exposé fait l’objet d’une assez longue discussion à la suite de la présentation. En effet, la multitude des travaux cités semble appuyer l’hypothèse d’une expansion irrémédiable de la forme scolaire qui, sous couvert de remédiations liées à l’hypothèse du retournement culturel soulevée par Bonnéry, aurait déplacé son centre de gravité vers l’extérieur de l’école, en direction des structures périscolaires, des familles… La dynamique de la forme scolaire semble absolument prégnante. Peut-on rencontrer une pratique culturelle qui ne réponde pas à la forme scolaire ? Trouvera-t-on une enquête qui ne valide pas, une fois encore, la théorie ? Dominante, l’approche en termes de forme scolaire est donc aussi potentiellement normative. La plasticité du concept tend, entre autres, à éclipser l’activité des personnes et les objets qui performent cette fameuse forme scolaire, notamment l’activité enseignante (et de transmission au sens large) et les interactions entre les différents protagonistes au sein des situations.

Néanmoins, ce « presque état de l’art » montre l’importance de cet ancrage théorique dans la recherche actuelle sur l’objet « éducation artistique et culturelle » ainsi que son potentiel heuristique à faire face à la multiplication des secteurs et publics, illustrés par les travaux cités.

Regards croisés sur l’éducation artistique et culturelle : le cas des sciences de l’éducation et de la science politique

L’éducation artistique et culturelle (EAC) et les sciences de l’éducation (SE dans la suite du texte) semblent partager une genèse commune – c’est la thèse de la communication présentée par Marie-Pierre Chopin – malgré des pratiques de nature différente (pratiques éducatives basées sur l’art vs. production et diffusion de savoirs scientifiques sur l’éducation, au sens large). L’intervention est aussi l’occasion de clarifier des spécificités disciplinaires utiles à la mise en perspective avec la sociologie ou la science politique.

Pluridisciplinaires, les SE semblent difficilement conciliables avec les suffixes -ien ou -logue qui caractérisent la plupart des praticien·ne·s des autres disciplines universitaires. Cette curiosité lexicale traduit la fragmentation fondatrice qui se trouve à la source des forces et des faiblesses de la discipline, aux niveaux épistémologique et académique. Les SE sont parfois décrites comme une somme de « communautés éparpillées », entre sociologie, didactique, psychologie, ergonomie, histoire, etc. dont la diversité ne facilite pas la préhension (et nuit à la cumulativité requise dans l’espace scientifique). Mais il s’agit souvent là d’un regard extérieur, de chercheurs venant d’autres sciences sociales. Connaître l’histoire des sciences de l’éducation depuis 1967 (et, avant cela, celle de LA science de l’éducation née en 1883) permet de saisir l’unité d’une discipline fondée sur un objectif simple : celui de produire des savoirs scientifiques sur l’éducation, au carrefour de “sous-objets” (le sujet, la société, les savoirs etc.). Cet objectif est fortement structuré par des aspirations politiques, à la fin du xixe siècle puis dans les années 1960. Ce sont des aspirations politiques similaires qui ont fait émerger l’EAC au cours des 50 dernières années en France. Marie-Pierre Chopin s’attache ainsi à décrire la naissance quasi-commune des SE et de l’EAC en s’appuyant sur les colloques tenus pour fondateurs autant pour l’EAC que pour les SE, organisés à Caen en 1956 et 1965, puis à Amiens en 1968. Cette amorce lui permet, dans un second temps, de présenter un travail d’objectivation (en cours, produit pour le séminaire) des articles et thèses produits en SE sur la thématique de l’EAC, et dont les premiers résultats soulignent la paradoxale marginalité de l’objet EAC dans le domaine des SE.

Jérémy Sinigaglia propose un aperçu du poids de l’objet EAC dans les travaux de science politique, puis des pistes de recherche. À travers l’analyse des résultats proposés par Cairn – dont il souligne les limites, dues notamment à l’indexation opérée par la plateforme – et des thèses publiées sur le sujet, il constate que l’objet est assez peu traité par la discipline et que les rares travaux abordant le sujet restent confidentiels (ce qui n’enlève rien à leur qualité). Cela renvoie à la place mineure de cet objet dans la hiérarchie des préoccupations de la science politique, à sa position dans le champ bureaucratique ainsi qu’à la division du travail scientifique. Fort de ce constat, J. Sinigaglia propose des pistes de recherche issues d’un travail en cours visant à combler les lacunes d’une sociohistoire des politiques d’éducation artistique en France. À partir d’une sociologie de l’action publique, il ambitionne d’analyser – à l’intérieur et à l’extérieur du champ bureaucratique – la “construction sociale” des problèmes traités par les politiques d’éducation artistique et culturelle. Jérémy Sinigaglia distingue trois grandes phases historiques (travail en cours, produit pour le séminaire) : une première, caractérisée par le phénomène de dépolitisation de la culture opéré dans les années 1960 par l’absorption/éviction des acteurs propres au milieu de l’éducation populaire, une seconde phase de bureaucratisation, au cours des années 1970 et 1980, dans laquelle les acteurs bureaucratiques (hauts fonctionnaires principalement) reprennent la main sur les militants “culturels” et les universitaires issus des sciences humaines (sociologie principalement), et une dernière, depuis les années 1990, caractérisée par l’économicisation du traitement public de la culture et un pilotage de l’éducation artistique mû par des finalités économiques.

La communication commune proposée par Marie-Pierre Chopin et Jérémy Sinigaglia appuie le bien-fondé de la démarche entamée. À la suite de la présentation, par Stéphane Bonnéry, de l’état des recherches sur l’EAC, et des nombreuses pistes de travail qu’il dessine, cette communication souligne un vide relatif, à l’intérieur de la science politique comme en termes de collaborations entre sciences de l’éducation et science politique, vide qui donne l’horizon des travaux susceptibles d’être lancés à travers ce séminaire.

La médiation à l’épreuve d’un cursus de Master

Cécile Prévost-Thomas présente, pour la dernière communication de ce séminaire, les enjeux  de la médiation culturelle à travers la problématisation de son travail pédagogique au sein du Master “Médiations de la musique” qu’elle dirige à l’Université Paris Sorbonne Nouvelle.

La médiation constitue pour Cécile Prévost-Thomas une nécessité politique inscrite dans le sillon de l’échec patent de la démocratisation culturelle, mis en évidence par les nombreux travaux qui soulignent la prégnance des conclusions de Bourdieu et de leurs relectures actuelles (Lahire, Coulangeon, Peterson…). La focalisation – finalement récente – des pouvoirs publics sur les “non publics”, notamment à travers une importante somme de dispositifs, légitime le rôle des médiateurs auxquels incombe de combler l’intervalle séparant les publics et les œuvres à démocratiser.

Le passage de la médiation culturelle à la médiation musicale, objet du master que dirige Cécile Prévost-Thomas, nécessite de clarifier le rôle du médiateur : ni éducateur ni artiste ni enseignant, celui-ci intervient dans les  interstices créés par les situations de transmission culturelle. Cécile Prévost-Thomas distingue trois grands domaines d’action pour la médiation : la création, la diffusion et la réception, qui sont autant d’enjeux d’identité professionnelle :

  • À quelle culture professionnelle se rattache la médiation culturelle ?
  • Quels sont les profils des médiateurs ?
  • Toutes les “cultures” nécessitent-elles une médiation ?
  • La médiation est-elle disciplinaire ?

Le secteur de la médiation est aujourd’hui à la fois en expansion et contesté. Décrite comme un enjeu fort et la condition d’une démocratisation culturelle renouvelée, elle offre finalement peu de débouchés professionnels, faute de budgets suffisants des organismes culturels, mais peut-être également du fait de la prégnance d’une distinction entre “l’artistique” et le “social” auquel tend à être renvoyé le médiateur par les professionnels du secteur artistique et culturel.

En bref, la communication de Cécile Prévost-Thomas problématise le contenu d’un cursus de Master à la lumière des débats qui structurent actuellement le champ de la médiation culturelle et en particulier ceux de la médiation musicale, et invite à poursuivre l’analyse de cette profession à la fois plébiscitée et contestée.

Mise en pratique étudiante : analyser l’action publique en matière d’EAC

La journée s’est terminée par la présentation des travaux de fin d’étude – encore en cours – de trois groupes d’étudiant·e·s du master “Politique et gestion de la culture” de l’IEP de Strasbourg. Tour à tour ils et elles ont développé les différents points d’entrée dans leur sujet. Une première entrée “politique”, caractérisée par l’analyse de la chaîne décisionnelle qui permet la mise en place de dispositifs d’EAC, a permis de discuter des conditions pratiques de l’étude du fait politique au niveau décisionnel et des particularités de l’action publique en matière culturelle (malentendus entre ministère de la culture et ministère de l’éducation nationale, cohérence par le flou…). Plus en aval de la chaîne de la décision politique, un second groupe analyse la mise en œuvre par des professions intégrées dans les dispositifs d’EAC. Les liens effectués entre les différentes professions et institutions qui se côtoient dans le cadre de ces dispositifs mettent au jour les problématiques actuelles (coordination entre enseignant·e·s et artistes, démultiplication de l’activité, transfert de compétences, légitimité des différent·e·s professionnel·le·s…). Un dernier groupe a présenté les débuts d’une recherche sur les pratiques dans les projets d’EAC, analysées à travers le cas de trois collèges. Prometteurs, les premiers résultats d’entretiens exploratoires soulignent la nécessité de prendre en compte dans l’analyse les conditions de réception des élèves à côté des dimensions plus traditionnelles de l’activité enseignante.

Fort des différentes pistes de recherche mises en lumière, dans un paysage conceptuellement fourni (comme l’a montré Stéphane Bonnéry) mais lacunaire (en témoigne la quasi absence de travaux sur le sujet en science politique), ce premier séminaire strasbourgeois engage une réflexion qui sera poursuivie à Bordeaux lors d’une seconde édition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.