Raymonde Moulin (19 février 1924 – 9 août 2019). Hommage à une grande personnalité de la sociologie française, par Pierre-Michel Menger

Pierre Soulages, Peinture 89x130 cm, 23 Janvier 1954
Pierre Soulages, Peinture 89×130 cm, 23 janvier 1954

Raymonde Moulin est décédée ce vendredi 9 août 2019 dans la nuit, à l’âge de 95 ans. Nous perdons une grande sociologue, une figure de la discipline qui a compté beaucoup pour de nombreux sociologues très différents, puisqu’elle pouvait dialoguer aussi bien avec Raymond Aron dont elle fut très proche, avec Pierre Bourdieu qui publia en 1967 dans sa collection son livre magistral Le marché de la peinture en France et dont elle demeura proche dans les années 1970 et 1980, avec Jean-Claude Passeron, un ami cher avec qui elle a réalisé une magnifique enquête dont les résultats saillants furent repris dans son livre L’artiste, l’institution et le marché, avec Michel Crozier, avec Henri Mendras, avec Raymond Boudon, avec Michel Verret, avec Howard Becker qui l’admirait beaucoup et l’a beaucoup citée, avec Eliot Freidson et Anselm Strauss, tous deux contributeurs du livre d’essais écrits en son honneur que Jean-Claude Passeron et moi avons suscité et publié en 1994, et avec tant d’autres sociologues, historiens, tel Jacques Revel ou Madeleine Reberioux, économistes, tel Louis-André Gérard-Varet, historiens d’art, tel Francis Haskell, et ethnologues, tel Jean Cuisenier, avec qui elle n’a cessé de dialoguer et travailler.

Elle avait fait sa thèse sous la direction de Raymond Aron, au Centre Européen de Sociologie Historique (à l’École des Hautes Études 6e section, qui deviendra l’EHESS en 1975). Elle fut secrétaire générale de ce Centre, au cours des années 1970, avant de créer le Centre de Sociologie des Arts en 1983, à l’EHESS. Sa carrière s’est déroulée pour l’essentiel au CNRS, mais elle prit aussi part à la création du Centre Expérimental de Vincennes, qui deviendra l’Université de Vincennes puis de Paris VIII. Elle y enseigna la sociologie pendant quelques années, notamment aux côtés de Jean-Claude Passeron et de Robert Castel.

Son œuvre scientifique a pour piliers centraux deux livres, qui sont sans équivalent dans la production sociologique française. Le marché de la peinture en France, publié en 1967, lui assura une reconnaissance et une réputation considérables, dans la sociologie mais aussi dans les milieux artistiques. L’ouvrage fit sensation, car jamais personne n’avait réussi à analyser avec autant de justesse et de finesse un monde, le marché de l’art, qui tire une partie de sa puissance de son opacité même ou, pour le dire autrement, de l’asymétrie considérable d’information et d’expertise que détiennent les insiders du marché (marchands, courtiers, collectionneurs de premier rang, critiques experts, commissaires-priseurs). J’ai, dans le cadre de la série de conférences que Sylvain Bourmeau a organisées sur les classiques de la science sociale à la BNF, exposé la genèse et l’importance étonnante de ce livre et la combinaison unique de qualités nécessaires à l’accomplissement d’un tel travail. Pour donner un simple indice du retentissement qu’eut ce livre, Jean Dubuffet, que Raymonde Moulin n’avait pas osé aller interviewer, bien qu’elle eût noué des relations de confiance avec Daniel Cordier, son marchand, l’appela un matin à 7h pour s’étonner qu’elle n’eût pas cherché à le rencontrer et pour lui proposer de venir le voir, ce qu’elle fit. S’ensuivirent trois mois d’entretiens réguliers, dont le contenu est demeuré inédit.

Raymonde Moulin, dans un entretien avec Elisabeth Caillet paru dans Publics et Musées, en 1994, a présenté son entreprise de recherche et le livre qui en résulta. Elle rappelle d’abord la situation de la sociologie au moment de son entrée dans la carrière, à la fin des années 1950 et au début des années 1960 : « Les chercheurs en sociologie étaient d’origines très diverses : les uns (majoritaires) avaient fait des études de philosophie, les autres des études d’histoire, des études commerciales ou de sciences politiques. Il y avait à Paris deux pôles de recherche. Le plus ancien était le Centre d’études sociologiques, alors situé rue Cardinet, avec les professeurs Georges Friedmann et Jean Stoetzel. Le second pôle se situait autour de Raymond Aron. La sociologie de l’art proprement dite était représentée par Pierre Francastel, pour lequel avait été créée, à l’École pratique des hautes études, la première chaire de sociologie de l’art ».

Puis elle situe la conjoncture esthétique dans laquelle s’inscrit sa thèse : « Au cours des années 1950, la partition du champ artistique en France était grossièrement recouverte par l’opposition abstraction/figuration. Certes cette opposition contribue à schématiser une situation beaucoup plus complexe. Le terme d’abstraction est loin de subsumer toutes les modalités de ce qu’on appelait dans les années 50 « l’art vivant » : il suffit de rappeler les noms de Giacometti et Dubuffet. Il n’en reste pas moins que les deux labels opposaient, avec une grande violence d’affrontement, deux camps et deux publics. Je me souviens d’une conférence à laquelle j’ai assisté au Centre Richelieu au cours de laquelle intervenait l’abbé Morel, grand défenseur de l’art abstrait, qui a été, pour cette raison, traité d’antéchrist. La discussion a été si véhémente que les organisateurs ont dû faire appel à la police. J’ai appris par la suite que cela ne s’était produit qu’une seule fois auparavant, à l’occasion d’un débat sur la guerre d’Algérie ».

Enfin, elle explicite les méthodes et les outils théoriques qu’elle a utilisés : « Dans l’introduction de cet ouvrage, j’ai décrit la manière dont s’était déroulée l’enquête : observation participante, entretiens, analyse documentaire, études de cas. C’est en ethnologue que j’ai pénétré cet univers d’initiés pour comprendre les mouvements capricieux des valeurs artistiques et les contraintes dont sont justiciables les créateurs. L’ouvrage lui-même résulte d’une approche pluridisciplinaire ; il comporte une esquisse historique, une analyse sociologique des acteurs en situation d’interaction et une analyse proprement économique des différents segments du marché ».

Le deuxième livre qui fit date fut L’artiste, l’institution et le marché, publié en 1992 (Flammarion). Il introduisait deux innovations dans l’analyse du monde de l’art et de la création contemporains : une enquête pionnière sur les plasticiens, reprenant des résultats saillants d’une recherche que Raymonde Moulin avait réalisée avec Jean-Claude Passeron et une équipe de jeunes sociologues sur la population des artistes plasticiens français, et une analyse des transformations de la relation entre l’acteur public, le marché et les grands collectionneurs, analyse théorique et empirique qui était à bien des égards prémonitoire, tant le monde de l’art contemporain est aujourd’hui configuré selon cette relation triangulaire entre grandes collections privées, musées et fonds publics d’art contemporain, et marchands et peintres, à l’échelle nationale et mondiale.

Voici, extrait du même entretien avec Elisabeth Caillet, la présentation que Raymonde Moulin donne de ce livre de 1992 : « Dans ce livre, j’ai proposé une théorie sociologique et économique de la valeur artistique. J’ai analysé le jeu complexe des interdépendances entre le champ artistique, l’État et le marché dans le processus d’homologation des œuvres d’art.  J’ai commencé par distinguer le marché, espace économique où s’effectuent les transactions, et le champ artistique, où s’opèrent les évaluations esthétiques et les reconnaissances sociales. C’est sur la base de cette distinction que j’ai reconstitué les relations d’interdépendance entre les différent segments du marché et les différents secteurs du champ. Cette conjugaison, de plus en plus forte, entre le champ et le marché (en particulier pour ce qui concerne l’art contemporain) s’explique en partie par la multiplication des nouveaux acteurs, par leur polyvalence et par la versatilité des rôles. Les méthodes que j’utilise combinent la connaissance approfondie du milieu qui restitue le point de vue indigène et le recours non seulement aux méthodes ethnographiques mais aux méthodes proprement sociologiques (enquêtes par questionnaire et et analyse statistique). Encore que, pour un objet comme le mien, à savoir la constitution de la valeur, les intelligibilités sont davantage celles que peuvent procurer la description fine des réseaux et des enjeux, et l’analyse des comportements d’acteurs en situation d’interaction ».

L’un des plus fervents admirateurs de Raymonde Moulin a été très tôt Howard Becker. Il avait publié en 1974 un article important, « Art as collective action » qui a préfiguré son livre influent de 1982, Art Worlds. Mais l’un des vecteurs les plus évidents de l’amplification des thèses de cet article aux dimensions du livre qui allait suivre est certainement la lecture qu’a faite Becker du Marché de la peinture en France de Raymonde Moulin. Howard Becker a dit qu’il avait appris le français en lisant le livre de Raymonde Moulin. La place qui lui est faite dans le livre Art Worlds – traduit en 1988 sous le titre Les Mondes de l’art – est remarquable, puisque Raymonde Moulin est de loin l’auteur que Becker cite le plus fréquemment et abondamment.

Dans un texte de 2010, voici ce qu’écrit Howard Becker : « A student of Raymond Aron in the 1960s, her dissertation, originally published in 1967 (an abridged English edition in 1987), is a large volume, in the tradition of the old-style French doctoral thesis, reporting on her comprehensive study of the world of French painting at that time. She interviewed hundreds of painters, collectors, gallery owners, curators, and critics, and clearly spent a lot of time hanging around the places where they operated. The book is informed by a deep knowledge of that world of contemporary painting.  (…). Her work is conceptually very rich. I will just give one example. Her book demonstrates that, in a world of artmaking in which the market is the major form of distribution, the aesthetic value and the financial value of any work become completely and irretrievably confounded, so that no one can make a judgment of aesthetic worth without simultaneously, whether they want to or not, making a financial judgment. If a work is aesthetically good and/or historically important, it is inevitably and unavoidably worth a lot of money, which creates vast moral confusions for everyone involved ».

Raymonde Moulin fut une pionnière en sociologie, en inventant la sociologie de la création artistique et des marchés, mais elle fut au premier rang de l’émergence de femmes sociologues au plus haut niveau de la discipline, dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle présida la Société française de sociologie au milieu des années 1980, et dirigea la Revue française de sociologie, de 1993 à 1998. Pendant son mandat à la tête de la Société française de sociologie, elle organisa un fameux colloque fondateur de sociologie de l’art à Marseille en 1985, auquel prirent part des figures majeures de la sociologie internationale tels que Howard Becker, Eliot Freidson, Richard Peterson ou Anselm Strauss.

On sait peu aujourd’hui combien Raymonde Moulin fut une entrepreneuse de recherche qui sut anticiper les comportements des institutions et les faire agir en synergie. Elle présida, je l’ai dit, la Société française de sociologie, devenue l’Association française de sociologie. Elle exerça un rôle très influent à la section de sociologie du CNRS au tournant des années 1970-1980. Elle fut très consultée par le ministère de la Culture, après l’avoir été aussi par le ministère de l’équipement, pour lequel elle réalisa des recherches sur les architectures (le livre qu’elle dirigea sur la Profession d’architecte en est issu), sur les nuisances esthétiques dans la construction architecturale, sur la politique de commande. Elle eut la confiance d’Augustin Girard, qui dirigea pendant de longues années le Service des Études et de la Recherche du ministère de la Culture et qui passa commande de recherches à tous ceux qui ont donné des contributions reconnues à la sociologie des arts et à la sociologie de la culture depuis les années 1960 jusqu’aux années 1990, à commencer par Bourdieu, Passeron et Raymonde Moulin. Elle siégea dans les instances décisionnelles des musées de France (la commission d’achat des musées de province). Elle dirigea des recherches en coopération avec les organisations internationales (Conseil de l’Europe, NEA américain, Unesco, notamment).

C’est pour une large part sous son impulsion que la sociologie des arts connut une remarquable expansion dans les années 1970-1980. Pour clore ce bref hommage que je veux lui rendre, à l’intention de mes collègues sociologues, il faut lui laisser la parole, et entendre son analyse de cette expansion : « Au cours des années 70-80, la sociologie de l’art s’est beaucoup développée en France. Elle est moins spéculative que la sociologie de l’art allemande, encore très philosophique, et moins liée à l’héritage marxiste que la sociologie de l’art britannique. Cette discipline a dû son essor, en France comme aux États-Unis, à des stratégies d’emprunt. Elle a emprunté des outils conceptuels à d’autres sociologies régionales, à la sociologie des organisations, à la sociologie du travail, à la sociologie des professions, à la sociologie de l’éducation, à la sociologie des politiques publiques. Et les objets spécifiques de la sociologie de l’art ont permis de retravailler les concepts venus d’ailleurs. La sociologie de l’art a non seulement emprunté les problématiques, mais aussi les méthodes éprouvées ailleurs. L’arsenal complet des instruments de l’enquête sociologique a été mis en œuvre : l’entretien, le questionnaire, l’analyse documentaire, l’analyse biographique, les statistiques. 

Cette sociologie de l’art s’est imposée comme l’un des domaines les plus convaincants de l’interdisciplinarité. Je me contenterai de mentionner trois disciplines. L’histoire de l’art : la sociologie de l’art a été et demeure largement redevable à l’histoire de l’art aussi bien aux travaux de l’École de Warburg qu’aux recherches de l’histoire sociale de l’art de tradition marxiste. L’économie : le domaine de l’art apparaît comme une sorte de laboratoire où peuvent être mis à l’épreuve de façon féconde les théories et les concepts de l’économie : choix du consommateur, segmentation des marchés, actions de l’État et mécanisme de redistribution, etc. Les sciences juridiques : on sait bien, depuis Durkheim, que la nature du droit exprime le social. L’étude des droits sociaux des artistes ou l’histoire juridique du concept d’originalité sont de tout premier intérêt pour la sociologie de l’art.

Au cours de ces mêmes années 70-80, la croissance de la demande institutionnelle a contribué au développement de la sociologie de l’art. L’extension de l’État-providence culturel à la protection sociale et à la défense de l’emploi des créateurs, l’intervention des pouvoirs publics dans les marchés du travail artistique ont appelé des recherches sur la morphologie des populations de créateurs, sur les nouveaux modes de professionnalisation des artistes et d’institutionnalisation des arts. Le développement des politiques artistiques s’est accompagné d’une demande d’expertise sur les résultats de ces politiques en fonction de leurs objectifs et de leurs moyens financiers et institutionnels ».

Pierre-Michel Menger (Collège de France ; Ehess – Cespra)

12 août 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.