Le projet Transiens : s’appuyer sur l’expertise des traductrices et des traducteurs en SHS pour promouvoir la diffusion multilingue des revues scientifiques

 

Illustration : Onnola – Mosaik

 

Financé par le CSES – Comité de suivi de l’édition scientifique du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et porté par le Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (UMR 7217 Cresppa – CNRS/Univ. Paris 8) via la revue Biens symboliques/Symbolic Goods, le projet Transiens[1] porte sur la pratique du multilinguisme dans les revues de sciences sociales.

Conçu fin 2018 en réponse à un appel du CSES, le projet visait initialement à explorer les utilisations possibles de la TA/TAO (traduction automatique / traduction assistée par ordinateur) dans le domaine des revues scientifiques, afin de permettre une diffusion plus efficace des articles en plusieurs langues.

Or, après le démarrage du programme, qui a été lancé fin 2019, les réflexions menées au sein d’ateliers rassemblant des professionnelles[2] de la traduction en SHS, de l’édition, des revues scientifiques ont fait ressortir les constats suivants :

  • Même s’ils sont de plus en plus perfectionnés, les outils de TA/TAO restent mal adaptés à la traduction des sciences sociales : les résultats manquent de cohérence et de précision et supposent un important travail de post-édition (révision humaine) de la part des traductrices et des éditrices ; en outre, les logiciels, qui sont le plus souvent des logiciels propriétaires développés à partir de l’anglais, présentent des biais de traduction et sont très inégalement adaptés à toutes les langues.
  • Pour les traductrices, le travail de post-édition est fastidieux, pas forcément moins long qu’une traduction, en revanche il est clairement beaucoup moins bien payé qu’une traduction.

Plus généralement, les échanges ont confirmé le fait que la pression exercée sur les personnels de la recherche pour publier en anglais, perçu comme la seule langue légitime pour la publication internationale, tend à encourager les « mauvaises pratiques », notamment vis-à-vis des traductrices (voir l’article de Lucy Garnier, à paraître dans le n°6 de BSSG). Cette pression à la publication en anglais a aussi pour corollaire un appauvrissement non seulement de la langue (de fait, on parle et on écrit clairement moins l’anglais que le « globish » aujourd’hui dans les sciences comme dans la plupart des espaces internationaux), mais encore du vocabulaire des SHS en général. Cette tendance incite enfin à réduire la diversité des textes et des espaces de publication (ce qu’on appelle la bibliodiversité), à réduire l’horizon des possibles éditoriaux pour les textes issus de certaines zones géographiques et à imposer d’importants biais rédactionnels (présentation des idées, structure des articles, corpus de références, choix conceptuels, etc.) dont la prégnance est d’autant plus préoccupante qu’elle est peu explicite dans le monde de l’édition scientifique à l’heure actuelle, en particulier en SHS.

Pourtant, si tout le monde (ou presque) est prêt à admettre que le globish n’est pas la panacée, et alors que les exigences de la science ouverte deviennent la norme – et c’est heureux ! -, il est évidemment indispensable de s’adresser au monde scientifique dans son ensemble. Or, s’il est crucial, pour de multiples raisons, de continuer à publier dans sa langue maternelle, comment s’adresser également aux collègues des autres zones linguistiques ? Et, de même, comment avoir accès à leurs textes ?

Dans cette perspective, la mise en œuvre de la publication multilingue[3] est la seule alternative possible à la domination de l’anglais. Le problème est que le multilinguisme représente à l’heure actuelle un coût bien trop lourd pour les revues scientifiques, sans parler des problèmes techniques que suppose la création d’une interface de lecture spécifique (ce qui fera sans doute l’objet d’un futur billet). On comprend dès lors l’intérêt croissant pour la TA/TAO dans l’idée (louable) de rendre accessibles les textes scientifiques en plusieurs langues à moindre coût.

Les échanges organisés au sein des ateliers Transiens et du comité de rédaction de BSSG entre fin 2019 et début 2020 sont donc partis de ce questionnement en confrontant les expériences et les propositions de plusieurs traductrices spécialisées en SHS et des professionnelles de l’édition numérique et des bibliothèques, avec celles des chercheuses et des chercheurs de différentes disciplines. Et nous avons donc opté pour un changement de méthode pour travailler à l’élaboration d’une alternative à la TA/TAO avec en ligne de mire cet objectif d’une systématisation de l’édition multilingue.

Pour faciliter la diffusion des textes en plusieurs langues, nous avons donc décidé de travailler à une manière de faire systématisable qui soit à la fois plus satisfaisante en termes de conditions de travail et plus intéressante sur le plan scientifique que la TA/TAO, mais qui soit aussi moins coûteuse que la traduction in extenso en plusieurs langues. Dans cette idée, nous avons opté pour une expérimentation fondée sur la pratique de la synthèse multilingue.

Cette méthode consiste à produire, dans une autre langue que la langue d’écriture, un texte court (plus détaillé qu’un simple résumé) susceptible d’offrir une vue d’ensemble d’un article scientifique, afin qu’il soit possible de se faire une idée assez précise de son contenu. Cette possibilité permet aux chercheuses et chercheurs de repérer plus aisément des travaux produits dans d’autres langues que la leur, et, si la synthèse les convainc de l’intérêt du texte, soit d’en (faire) faire une traduction dans sa langue, soit d’en lire une traduction si elle est disponible dans une langue qu’ils ou elles maîtrisent, soit – a minima – de prendre contact avec l’auteur ou l’autrice de l’article en question.

La pratique de la synthèse multilingue repose sur une méthodologie précise que nous sommes en train de mettre au point avec l’aide de notre équipe d’une dizaine de professionnelles de la traduction des SHS. Le protocole que nous proposons prévoit, en effet, à l’issue de la rédaction des synthèses, une phase d’échange de toutes les traductrices ayant travaillé sur les mêmes textes avec des membres du comité de rédaction de la revue engagée dans cette démarche de diffusion multilingue : quelles difficultés de traduction le texte présentait-il, quels choix de traduction ont été faits d’une langue à l’autre, quelles adaptations ont été nécessaires selon le contexte linguistique de réception, etc. ? Ainsi, cette méthode suppose la production d’une réflexion scientifique sur chacun des textes synthétisés : l’objectif étant d’intégrer pleinement la traduction dans le processus éditorial et la discussion scientifique.

Afin de tester cette pratique et d’évaluer les résultats qui pourraient être obtenus, des binômes (composés d’une traductrice et d’un relecteur ou d’une relectrice francophone) ont pour l’instant été formés dans les langues suivantes : anglais, allemand, espagnol, italien, polonais, portugais et serbo-croate. Les premières synthèses sont attendues pour septembre 2020, date à laquelle aura lieu notre premier atelier multilingue d’échanges autour des textes…

A suivre !

 

[1] Transiens est le participe présent du verbe Transire (traverser) en latin, ancienne langue internationale de communication scientifique.

[2] En raison de la prépondérance des femmes dans ces métiers en général, et dans notre équipe en particulier, nous utiliserons le féminin générique dans ces billets. Dans les autres billets relatifs à ce programme, et sauf mention contraire, nous pratiquons l’écriture inclusive ou épicène.

[3] Nous faisons bien ici la différence entre le multilinguisme (c’est-à-dire la traduction systématique de chaque texte en plusieurs langues – ce qu’à BSSG, nous essayons de mettre en valeur avec notre interface bilingue « en miroir » pour les sommaires des numéros en cours et tous les PDF des dossiers et le plurilinguisme (c’est-à-dire la publication de textes tantôt dans une langue, tantôt dans une autre – une pratique éditoriale qui, certes, rend visible la diversité et facilite les circulations d’une langue à l’autre, mais qui réserve l’accès de l’intégralité des textes au seul lectorat polyglotte).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.