La synthèse multilingue, une alternative à la traduction automatique en SHS pour les revues ?

Illustration : Przemko Stachowski – Mojetno IV

 

Le projet Transiens a pour but l’élaboration d’un protocole de diffusion multilingue des articles des revues en SHS, protocole centré sur la pratique de la synthèse par des professionnel.le.s de la traduction.

Cette méthode présente effectivement, en théorie (nous travaillons à la mise en pratique !), plusieurs avantages pour toutes les parties impliquées dans l’opération :

  • Un gain de temps non seulement pour les traductrices, qui peuvent ainsi travailler sur davantage de textes, mais aussi pour les revues, qui peuvent publier plus vite des articles accompagnés de leur synthèse en plusieurs langues.
  • Un gain d’argent par texte pour les revues, qui peuvent ainsi systématiser la commande de synthèses multilingues : si elle est généralisée, cette pratique peut fournir un travail régulier aux traductrices et traducteurs sans mettre en danger l’économie des revues.
  • Une compréhension informée des textes qui permet aux traductrices et traducteurs de valoriser leur savoir-faire unique et leur expérience d’intermédiaire entre deux langues et entre deux cultures scientifiques : la synthèse permet ainsi une adaptation raisonnée au contexte de réception dans chaque langue (par le biais des exemples mis en avant ou des choix d’explication de certaines notions du texte original).
  • Une diffusion plus efficace auprès du lectorat international et l’instauration d’un dialogue scientifique réel et inclusif entre les chercheurs et les chercheuses de différents pays : parce qu’elle est moins longue à lire et accessible directement dans leur langue, la synthèse permet aux scientifiques de différents pays d’intégrer plus aisément dans leur temps de travail la prise de connaissance d’articles produits en France.
  • Une accessibilité plus grande des textes pour les publics non spécialistes de divers pays : couplée à la logique de l’Open Access, cette méthode pourrait rendre les articles accessibles au public potentiellement intéressé par des articles de sciences humaines et sociales (journalistes, enseignant.e.s, etc.) mais qui n’a pas forcément le temps ou la possibilité d’aller consulter la littérature scientifique in-extenso, qui plus est dans une autre langue que la sienne.

 

« Mais…

 …pourquoi ne pas directement (faire) traduire les textes ? »

Si le coût et le temps de production d’une synthèse sont évidemment moindres que ceux de la traduction in extenso, l’objectif n’est pas de remplacer la traduction intégrale pour les revues qui la pratiquaient déjà. Il est de diffuser plus largement, grâce à la synthèse multilingue, des articles de revues qui ne sont pas traduits et de les rendre accessibles dans des langues qui sont souvent laissées en marge du dialogue scientifique international au profit de l’anglais.

 

…pourquoi ne pas proposer à l’auteur ou à l’autrice d’écrire la synthèse de son article puis la faire traduire ? »

On demande déjà à l’auteur ou à l’autrice d’un article de produire un résumé de son texte, et on sait que cette étape est souvent faite rapidement, sinon en catastrophe, à l’issue de la rédaction de l’article. Compte tenu de cela, il n’est pas certain que l’auteur ou l’autrice en question accepte avec plaisir de rédiger, en plus du résumé court, une synthèse en plusieurs pages du texte qu’il ou elle viendrait de terminer. Surtout, l’intérêt de la synthèse est justement l’intervention explicite de la subjectivité de la traductrice ou du traducteur, spécialiste en SHS. Celui-ci ou celle-ci, en effet, en posant un regard neuf sur le texte, en proposera une version réduite singulière, plus adaptée au contexte linguistique, culturel et académique de réception qu’une synthèse directement produite par l’auteur ou l’autrice. L’expertise des professionnel.le.s de la traduction en SHS est ainsi davantage reconnue et mise au service d’une circulation internationale efficace des textes. Enfin, les variations des synthèses d’une langue à l’autre peuvent elles-mêmes faire l’objet d’une analyse scientifique « méta », susceptible d’enrichir l’histoire des textes.

 

…l’auteur ou l’autrice n’a-t-il/elle plus de droit de regard sur la synthèse produite à partir de son texte ? »

Si c’est possible, il va de soi que la traductrice ou le traducteur chargé.e de la synthèse pourra prendre contact avec l’auteur ou l’autrice du texte, et lui poser des questions au cas où des éléments ne seraient pas clairs. Cependant, il est admis que l’auteur ou l’autrice n’intervienne pas dans les traductions de ses textes vers des langues qu’il ou elle ne maîtrise pas. Dans ce cas, la confiance dans le savoir-faire du traducteur ou de la traductrice, et la relecture d’une tierce personne (chercheur ou chercheuse, éditeur ou éditrice…) maîtrisant la langue-cible, est primordiale. Dans le contexte d’une systématisation de la pratique de la synthèse multilingue auprès des revues de SHS, cette confiance serait justifiée par la spécialisation en SHS et l’expérience solide des professionnel.le.s de la traduction chargé.e.s de ces synthèses, ainsi que par le double « filet de sécurité » que représente le recours possible non seulement à des traductrices et traducteurs vers le français qui peuvent être mobilisé.e.s en complément pour une relecture informée des synthèses, mais aussi aux chercheurs et chercheuses des comités de rédaction des revues scientifiques commanditaires (l’objectif étant que la pratique des synthèses multilingue s’intègre de la manière la plus fluide possible au processus éditorial au sein des revues).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.