Séminaire OPEN-SHS : enjeux et pratiques de la publication en science ouverte. Compte rendu de la séance inaugurale, avec Lionel Maurel et Chérifa Boukacem-Zeghmouri

La séance inaugurale du séminaire OPEN-SHS s’est tenue le vendredi 7 octobre 2022 sur le site Pouchet du CNRS : une quinzaine de participant·e·s sur place et une soixantaine à distance étaient réuni·e·s pour écouter les interventions de Lionel Maurel, directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (InSHS), et Chérifa Boukacem-Zeghmouri, professeure en sciences de l’information et de la communication et référente Science ouverte de l’université Claude-Bernard Lyon 1. Retrouvez ici le compte rendu de ces échanges, pour patienter jusqu’à la prochaine séance, prévue le jeudi 8 décembre.

Le projet OPEN-SHS, lauréat du Fonds national pour la science ouverte (2e édition), a pour ambition de faire de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods un dispositif pilote dans la stratégie de la ComUE Université Paris Lumières (UPL) en matière de science ouverte. BS/SG est une revue semestrielle et bilingue de sciences sociales des arts, de la culture et des idées, diffusée selon les principes du modèle « Diamant » (en accès ouvert gratuit, sans APC ni barrière mobile) sur OpenEdition Journals.

OPEN-SHS se décline en trois axes. Le premier, « Consolider », consiste à accompagner BS/SG vers un modèle économique plus pérenne pour permettre à la revue de poursuivre ses ambitions éditoriales en matière de science ouverte et de publication multilingue. Le deuxième, « Innover », vise à développer une forme éditoriale innovante, la synthèse multilingue, expérimentée dans le cadre du programme Transiens (2019-2022). Le troisième volet, « Transmettre », a vocation à mettre en commun les expériences, connaissances et pratiques pour réfléchir collectivement aux applications et implications des principes de la science ouverte sur les processus éditoriaux et les modèles économiques des revues de sciences sociales. Cet axe comprend l’organisation du premier Symposium de revues européennes de SHS (2021-2022), la mise en place d’une rubrique « science ouverte » dans BS/SG (à venir) et l’organisation du séminaire OPEN-SHS.

Lionel Maurel a commencé par distinguer l’accès ouvert, en tant que mouvement presque aussi vieux que le Web, essentiellement porté par des individus –  chercheur·se·s et bibliothécaires – à l’initiative de mobilisations d’ampleur (par exemple l‘appel à boycotter l’éditeur hollandais Elsevier en 2012) et du développement de nouveaux outils numériques (comme ArXiv), et la science ouverte, en tant que politique publique qui se traduit en France dans l’adoption du Plan national pour la science ouverte (PNSO) en 2018 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ce plan s’est répercuté sur tous les établissements d’enseignement supérieur et de recherche et a donné lieu à plusieurs mesures : le financement de projets – dont OPEN-SHS – par le Fonds national pour la science ouverte et le soutien à l’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, créée en 2001 et développée par le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD). Jusqu’alors, la science ouverte avait donné lieu à un ensemble de déclarations et de chartes qui n’étaient pas contraignantes. Une des implications concrètes du PNSO réside dans le conditionnement, dès 2018, des financements alloués par l’Agence nationale de la recherche au dépôt des articles produits dans le cadre des projets ANR dans HAL.

Le PNSO traduit aussi une approche de la science ouverte « à la française », qui critique ouvertement le modèle auteur-payeur (dit aussi « voie dorée »), contrairement à l’Allemagne, et les modes d’évaluation quantitative de la recherche (par les « facteurs d’impact »). Cette vision de la science ouverte fait aussi la part belle à la bibliodiversité, principe consistant à encourager un accès aux publications le plus ouvert possible à condition de favoriser la diversité des modes d’expression de la science, sans exclure le secteur privé de l’édition scientifique. L’idée n’est pas d’arriver à 100 % de publications en accès ouvert en réduisant drastiquement les formats de publication : il s’agit de continuer de publier des monographies, des revues avec de longs articles, etc. Le deuxième Plan national pour la science ouverte (2021-2024) réaffirme un soutien au modèle « diamant » et entend également encourager la traduction des publications des chercheurs·se·s français, considérant le multilinguisme comme un enjeu important de la science ouverte.

Du côté du CNRS, une feuille de route a été adoptée en 2019, visant 100 % de publications en libre accès d’ici 2023. Le CNRS est signataire de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), qui met en cause l’usage croissant du classement bibliométrique et encourage l’évaluation qualitative et intrinsèque des résultats de recherche, indépendamment du prestige des revues dans lesquels ces résultats sont publiés. Si les SHS restent encore plutôt épargnées par les évaluations quantitatives sur la base de facteurs d’impacts, le prestige des publications y apparaît comme un critère de jugement important. Dans ce cadre, le CNRS incite ses sections à suivre les principes de la Déclaration DORA – la section Économie-gestion par exemple a renoncé à toute forme de classement des revues en 2020, ce qui n’est pas anodin pour ce champ disciplinaire. Chérifa Boukacem-Zeghmouri insiste elle aussi dans son intervention sur ce que font les politiques d’évaluation de la recherche à l’épistémologie même des disciplines. L’état d’esprit de la Déclaration de San Francisco est aussi de considérer que tous les types de production doivent être pris en compte dans l’évaluation des chercheur·se·s, y compris le « preprint » (ou prépublication, c’est-à-dire la version soumise par l’auteur au comité de rédaction d’une revue scientifique) et les « data paper » (ou article de recherche, c’est-à-dire une publication décrivant un jeu de données scientifiques).

Il est intéressant de comparer les pratiques à l’œuvre en sciences humaines et sociales en matière de publication au regard d’autres disciplines. Si les SHS ne sont pas épargnées par des phénomènes de concentration, cela reste bien moins prononcé que dans le champ des STM (Sciences, Techniques, Médecine). En ce qui concerne les publications des chercheur·se·s du CNRS, 51 % d’éditeurs concentrent 50 % des articles publiés en SHS, alors que 3 éditeurs seulement (Elsevier, Springer Nature et Wiley) concentrent 50 % des articles en STM selon le rapport du CNRS sur le paysage de l’édition scientifique. En termes de diffusion, OpenEdition Journals et Cairn sont au coude à coude : 595 revues sont diffusées sur OpenEdition Journals, contre 585 revues sur Cairn (qui ne sont pas toutes des revues académiques). D’autres revues ne sont sur aucun de ces deux portails. Concernant l’ouverture des publications, le Baromètre pour la science ouverte indique que les sciences humaines et sociales ont un taux global de publication en accès ouvert moindre au regard d’autres disciplines (39 % contre 49 % toutes disciplines confondues en 2018). Si le dépôt en archives ouverte est courant en sciences dites « dures » (cela concernait 48 % des publications en mathématiques, 36 % en informatique, 30 % en sciences physiques et astronomie en 2018), ce n’est pas le cas en sciences humaines (5 % des publications) et en sciences sociales (12 % des publications). Mais les sciences humaines se rattrapent avec une proportion de publications en accès ouvert du côté de l’éditeur, avec les revues en OA sur OpenEdition par exemple, de l’ordre de 20 % (contre 12 % toutes disciplines confondues en 2018). Par ailleurs, ces chiffres sont à nuancer, compte tenu du fait que le baromètre comptabilise les publications dotées d’un DOI, or l’usage de DOI n’est pas encore systématique en SHS. Selon les chiffres du CNRS, l’accès ouvert concernerait plutôt 59 % des publications de SHS : 41 % en accès ouvert du côté de l’éditeur et 18 % en archives ouvertes.

Plusieurs mesures et stratégies vont dans le sens d’une systémisation du dépôt des publications en archives ouvertes, principalement dans HAL. La Loi pour la République numérique rend possible le dépôt en archive ouverte des manuscrits d’articles acceptés pour publication dans un délai d’un an après la publication chez l’éditeur, quel que soit le contrat d’édition signé par le·a chercheur·se. Après l’adoption de la Loi, le nombre de dépôts spontanés de publications dans HAL par les chercheur·se·s avait augmenté de 10 %. Du côté du CNRS, la proportion d’articles déposés dans HAL a doublé, passant de 40 à 80 %. Dans ce cadre, l’InSHS conditionne l’attribution de ses subventions aux revues à plusieurs critères de science ouverte : pas de barrière mobile excédant un an, affichage public d’une politique de dépôt en archives ouverte et recours à la licence la plus ouverte possible (la licence Creative Commons CC-BY étant favorisée, et sachant qu’OpenEdition applique par défaut la licence CC-BY-SA sur les contenus publiés sur OpenEdition Journals). Cairn vient aussi de faire un pas vers la science ouverte en annonçant un dispositif « Science ouverte » sur la période 2022-2027, qui s’inspire du modèle Subscribe to open, consistant à financer la transition de revues vers un modèle diamant grâce aux revenus générés par les abonnements des bibliothèques. Des bibliothèques universitaires françaises rassemblées dans le consortium COUPERIN et abonnées à Cairn acceptent dans ce cadre de ne pas modifier leurs dépenses d’abonnement quel que soit le nombre de revues levant leur barrière mobile et autorisant le dépôt de leurs articles en archives ouvertes. Ces revues bénéficieront d’une contrepartie financière, pour compenser leur perte de revenus.

À l’échelle européenne, le projet Horizon Europe étend l’obligation de l’accès ouvert aux livres ; l’ANR ne s’est pas encore positionnée sur la question des ouvrages. C’est une question importante étant donné la place des monographies en SHS et la spécificité de l’économie du livre, par rapport à l’économie des revues. Une autre perspective est celle de la stratégie de non-cession des droits, portée par la cOAlition S (à l’initiative du Plan S, dont fait partie l’ANR), pour permettre aux chercheur·se·s de mettre leurs publications scientifiques à disposition en accès ouvert immédiat. Une telle stratégie peut néanmoins se heurter aux réticences des éditeurs, qui peuvent refuser un manuscrit sous licence libre, voire aux réticences des chercheur·se·s eux-mêmes. Tout l’enjeu est de construire un rapport de force avec les éditeurs pour installer cette pratique de non-cession des droits d’auteur. Dans le cas d’une non-cession des droits, un contrat d’édition peut rester nécessaire pour cadrer la possibilité de diffuser et de réutiliser la version finale de l’éditeur (le PDF de la publication) si l’éditeur entend conserver une exclusivité sur cette version.

Lionel Maurel finit sa présentation en insistant sur l’enjeu d’avoir des infrastructures solides pour déployer une politique de science ouverte, telles OpenEdition, Métopes, Huma-Num qui bénéficient du soutien d’un Programme d’investissements d’avenir (PIA 3) pour les 7 années à venir, de même qu’HAL, ou OPERAS à l’échelle européenne. L’InSHS va aussi dans ce sens en favorisant la création de pôles éditoriaux sur tout le territoire, et en poursuivant son soutien aux revues via les subventions (157 revues en bénéficient actuellement) et l’attribution de 60 postes en équivalent temps plein, ce qui représente 3 millions d’euros par an. Disposer de postes dédiés au travail éditorial est d’autant plus un enjeu en SHS, où il est bien moins envisageable qu’en sciences dures de faire complètement reposer le travail éditorial sur les chercheur·se·s – qui, en mathématiques par exemple, sont habitué·e·s à utiliser des logiciels de traitement et de structuration de textes comme Latex ou Markdown. Les universités s’impliquent aussi de plus en plus dans les stratégies éditoriales, et notamment dans le développement de pôles éditoriaux, jusqu’à présent cantonnés aux Maisons des Sciences de l’Homme, et de plateformes éditoriales comme Prairial (pépinières de revues).

Mettre en pratiques les principes de la science ouverte passe ainsi nécessairement par le déploiement d’importants soutiens institutionnels et financiers mais aussi par une acculturation de la communauté scientifique à ces principes. Pour observer cette acculturation, Chérifa Boukacem-Zeghmouri invite à considérer les revues savantes comme des « artefacts archéologiques », en ce qu’elles sont des points d’entrée pertinent pour observer sur le long terme les pratiques sociales des disciplines et les transformations du monde académique. Elle invite également à prêter attention aux imaginaires de l’Open Access, en se référant à un article récent de Corina MacDonald. Dans sa communication, elle part des résultats obtenus dans le cadre du projet de recherche Harbinger pour nous informer justement du rapport que les jeunes chercheur·se·s (de SHS en comparaison avec les STM) ont à la publication. Chérifa Boukacem-Zeghmouri pose la question de la valeur accordée à la publication (voir son article à ce sujet dans Histoire de la recherche contemporaine), y compris par les chercheur·se·s et malgré le fait que la publication soit une pratique scientifique ancienne (pour une histoire des revues scientifiques, voir par exemple les ouvrages récents de Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle), Éditions de l’EHESS, 2021, et d’Aileen Fyfe, A History of Scientific Journals, UCL Press, 2022).

Tout d’abord, en tant que lecteurs et lectrices de travaux de sciences sociales, les jeunes chercheur·se·s ont fréquemment recours à des plateformes illégales (comme SciHub) : la question de l’accès ouvert doit être posée aussi au regard de ces pratiques courantes de piratage. En ce qui concerne leurs propres publications, ces jeunes chercheur·se·s parlent parfois de « fake publication » ou de « publications alimentaires », hiérarchisant d’emblée leurs productions. Chérifa Boukacem-Zeghmouri relève que les chercheur·se·s aux prémices de leur carrière académique suivent la logique du « publish or perish », en STM mais aussi en SHS, certaines disciplines comme la psychologie ou les sciences de l’éducation ayant des pratiques proches de celles des STM. Il faut rappeler qu’en France, l’aval donné par les écoles doctorales à la soutenance de thèse est également conditionné à la publication d’un ou plusieurs articles. Les jeunes chercheur·se·s sont particulièrement incité·e·s à publier dans des revues à résonance internationale pour leur carrière, quitte à utiliser des logiciels de traduction automatique comme DeepL, ce qui n’est pas sans effet sur la qualité scientifique de leurs publications (voir les travaux de Guillaume Cabanac). Or cette course à la publication est entravée par les délais de publication dans les revues de SHS, qui tendent à se rallonger à mesure que les moyens humains et financiers de ces revues et des chercheur·se·s qui les animent s’amenuisent. Les revues, qui fonctionnent souvent sur le travail bénévole de leur comité de rédaction, ont aussi de plus en plus de difficultés à trouver des chercheur·se·s pour évaluer les articles, ce qui ralentit encore davantage le processus éditorial. Une pratique qui se généralise est la production d’attestations de publication, documents par lesquels la revue affirme qu’elle a accepté un manuscrit pour publication, et qui peuvent être joints par les chercheur·se·s à leurs dossiers de candidature.

Ainsi, les chercheur·se·s, en particulier celles et ceux qui sont en insertion dans le monde académique, peuvent céder aux sirènes de revues prédatrices qui leur garantissent des délais de publication rapides, en se passant d’une évaluation rigoureuse des contenus qu’elles publient. Ils restent néanmoins méfiants vis-à-vis de ces revues ainsi que de la « voie dorée » (qui les oblige à payer des frais de publication, ou Article Processing Charges, pour être publié en accès ouvert). Des outils existent pour s’assurer du niveau d’éthique des revues, tels que Compass to Publish (université de Liège) mais aussi le Journal Checker Tool ou le DOAJ qui garantissent la qualité des revues qui y sont référencées.

Pour pallier les délais de publication, les jeunes chercheur·se·s déposent aussi de plus en plus leurs productions dans HAL et font usage des serveurs de preprints. Si ces serveurs sont davantage utilisés en STM, leur usage a été exacerbé pendant la pandémie et il faut noter qu’il existe une version d’ArXiv pour les sciences sociales, SocArXiv. Les jeunes chercheur·se·s en SHS utilisent aussi ces serveurs comme des espaces de discussion. En effet, la jeune génération de chercheur·se·s est particulièrement soucieuse d’échanger entre pairs et attentive à la qualité et à la transparence de l’évaluation de la recherche. Au même titre, ces nouveaux entrants dans la recherche valorisent les blogs et les carnets de recherche, jugés plus propices aux interactions entre pairs, et sont actifs sur les réseaux sociaux comme Twitter, Academia, ResearchGate, Kudos (en Espagne) et ScienceOPEN.

Cela pose la question de ce que peut faire une revue de sciences sociales pour entretenir la conversation scientifique. Une revue peut ouvrir le débat en publiant les expertises et les versions successives de ses articles (Open peer review), mais aussi, sans disqualifier pour autant le format de l’article scientifique, animer un blog – par exemple sur Hypotheses.org – pour publier des contenus au fil de l’eau (comptes rendus de colloques, d’ouvrages, notes de recherche…). C’est à la fois un enjeu épistémologique, puisque l’évolution des pratiques d’évaluation de la recherche a un impact sur les disciplines scientifiques (voir l’ouvrage de Juan Pablo Pardo-Guerra à partir du cas britannique, The Quantified Scholar. How Research Evaluations Transformed the British Social Sciences, Columbia University Press, 2022), et un enjeu de science ouverte. La seule ouverture des publications ne suffit pas à « ouvrir la science » : d’autres manières de renforcer la circulation des savoirs et les liens entre sciences et société sont à explorer.

Prochaine séance du séminaire : jeudi 8 décembre, 14h-16h30.
Avec Marie Pellen (OpenEdition), Véronique Cohoner (Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin), Cécile Beauchamps (Presses universitaires de Caen) et Daniel Battesti (Maison des Sciences de l’Homme de Dijon / PREO-Pépinière de revues en accès ouvert). Site Pouchet du CNRS (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris), salle 221 / visio. Inscription et obtention du lien à symbolicgoods@gmail.com.

projet financé avec le soutien du Fonds National pour la Science Ouverte



Citer ce billet
Lison Burlat (2022, 29 novembre). Séminaire OPEN-SHS : enjeux et pratiques de la publication en science ouverte. Compte rendu de la séance inaugurale, avec Lionel Maurel et Chérifa Boukacem-Zeghmouri. Carnet de Biens symboliques / Symbolic Goods. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5bs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search