Photographie militante et sociologie engagée (1) – Interview de Brice Le Gall

Le Centre CNRS Pouchet expose en ce moment des photographies de manifestations réalisées par une chercheuse et un chercheur. La rédaction du carnet de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods a rencontré le second, Brice Le Gall, sociologue au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique.

© Brice Le Gall

Vous exposez en ce moment une partie de vos clichés au Centre CNRS Pouchet. Comment ce projet s’est-il construit ? Que représente pour vous cette exposition ?

Il s’agit d’abord d’une initiative de Thomas Guiffard Colombeau, qui s’occupe du service communication multimédia sur le Centre CNRS Pouchet. C’est une personne très active qui a sollicité plusieurs chercheurs et chercheuses pour monter une exposition sur le thème de l’engagement militant. Tout le mérite lui revient puisqu’il s’est chargé à la fois de la sélection,  du tirage et de l’articulation des images entre le travail photographique de Jeanne Menjoulet et le mien. Cette expérience est très différente d’un festival photo où le photographe présente généralement une « série » pensée comme un « tout » cohérent où toutes les images se répondent, au moins en fonction de l’interprétation que l’auteur en propose. La démarche étant ici collective, j’ai surtout pris le parti de sélectionner des photos qui pouvaient se suffire à elles-mêmes, c’est-à-dire être « lues » indépendamment des autres clichés.

Comment en êtes-vous venu à pratiquer la photographie ?

J’ai eu la chance d’avoir été initié à la photographie assez jeune, par mon père qui m’a offert un petit appareil quand j’étais adolescent. Il connaissait bien la photo et a plusieurs jolis clichés à son actif. C’est d’abord lui qui m’en a appris les bases et m’en a donné le goût, même si plus tard j’ai reçu les encouragements, les critiques et les conseils d’autres photographes. Au fond, je pense pouvoir me référer à Pierre Bourdieu pour comprendre cet intérêt pour la photographie : il s’agit d’un « art moyen », en apparence facile et sans exigence, et surtout qui peut se pratiquer sans grande prétention artistique, ce qui devait bien me convenir. Même si je ne suis pas d’origine populaire, je me verrais plus difficilement avec une palette et des pinceaux… Mais il faudrait aujourd’hui actualiser cette enquête sur les usages sociaux de la photographie pour répondre plus complètement. Les goûts pour les différents genres photographiques me semblent très clivés socialement. Les personnes pratiquant la photo nature, la photo d’architecture, la photo conceptuelle, etc. ne sont pas les mêmes. Ces univers communiquent relativement peu et, comme tout ce qui touche au goût et à la culture est vécu sur un mode sacré, les rapports sociaux entre ces différentes catégories de photographes peuvent être terribles… Cela dit, par-delà ces clivages, je crois vraiment que cette propriété de la photographie de permettre une démarche esthétique, voire « artistique », sans avoir à l’assumer totalement, joue beaucoup dans l’intérêt qu’on peut lui porter. Pour moi qui suis un peu mal à l’aise avec l’univers artistique, c’est un bon compromis ainsi qu’un complément intéressant au travail intellectuel.

Quels types de photographie pratiquez-vous ?

À l’exception peut-être des images d’architecture – et encore –, j’ai la chance d’aimer regarder et photographier à peu près tout ce qui m’entoure. Par ailleurs, je suis plutôt critique par rapport à l’idée d’une spécialisation photographique. Celle-ci sert peut-être surtout à (se) donner le sentiment d’avoir une « patte », une « originalité », et à essayer d’exister dans le champ de la photographie. Bref, comme je ne vis pas de la photo et que je n’ai pas d’obligation de résultats, j’entretiens un rapport ludique à cette pratique et je « shoote » de façon opportuniste : la photographie de rue et de manifestations bien sûr, mais aussi du paysage, de l’animalier, de la macro, des portraits pour des ami·e·s, etc.

Les enjeux sont-ils les mêmes dans les différents cas ?

Effectivement, les enjeux sont très différents. Parmi les photos destinées à être vues par un public large – que l’on peut distinguer, déjà, de celles qui n’ont de sens que dans un cadre privé –, il est possible que chaque spécialité photographique impose ses propres règles même lorsqu’il s’agit d’une pratique amateur. Par exemple, une « bonne » photographie animalière, ou du moins qui est considérée comme telle, impose souvent un certain matériel (des longues focales), des ambiances assez dépouillées, une espèce rare ou difficile à observer, prise dans son habitat naturel, etc.

© Brice Le Gall

Ce type d’image a souvent pour finalité d’émouvoir le public ou de le sensibiliser à la protection de la nature. Autrement dit, pratiquer ce genre de photographie impose souvent de suivre un ensemble de conduites et de discours plus ou moins convenus, dont il n’est pas forcément facile de se libérer. Cela vaut aussi pour la photo de manifestations, où l’on peut accumuler les symboles faciles, vus et revus, ou multiplier les images contenant une information finalement très pauvre.

Pour ce qui est des manifestations, j’oscille souvent entre deux démarches : d’un côté, une approche « documentaire » qui recense de façon assez systématique des attitudes, des slogans, etc., où je cherche à montrer une diversité, à construire un « espace des points de vue » et où l’image a donc plutôt un statut de « document » ou d’« archive ». De l’autre : une approche plus esthétique où je cherche à faire « la » photo, c’est-à-dire à saisir quelque chose qui procure à la fois un plaisir pour les yeux, une émotion et un message, ayant potentiellement une portée générale. Les deux démarches me semblent importantes à tenir même si elles sont en tension et si la reconnaissance va bien sûr plus souvent à la photo qui saisit ou qui émeut. J’essaye de trouver un « juste milieu ». D’abord parce que réaliser « la » photo n’est pas si facile, ensuite parce que photographier une manifestation est avant tout, pour moi, un moyen de témoigner et, si possible, de rectifier les idées reçues sur certaines mobilisations. Dans cette perspective, une série longue accompagnée d’un texte donnera une idée un peu moins partielle et partiale de la réalité.

Vous pensez à quelles mobilisations par exemple ?

La figure du manifestant, et plus encore celle du syndicaliste, est souvent rabattue à celle du gars pas futé, refusant le changement, attaché à ses petits intérêts corporatistes. De même, quand dix personnes cagoulées brûlent trois poubelles, on réduit souvent la manifestation « aux casseurs » sans en expliquer les enjeux, ou alors si peu.

© Brice Le Gall

Pour prendre un exemple précis, on peut évoquer la mobilisation en cours des étudiant·e·s contre la sélection à l’entrée de l’Université. Alors qu’ils et elles résistent le plus souvent tout·es seuls, ou avec si peu d’enseignant·e·s et de personnels administratifs, les étudiant·e·s font face à une campagne de dénigrement et à une hostilité inouïe de la part des présidents d’universités et des médias dominants. Il n’y a qu’à voir le traitement qui a été fait récemment de l’occupation du site de Tolbiac (université Paris Panthéon Sorbonne) pour disqualifier le mouvement. Plutôt que de chercher à accréditer l’idée d’un site vandalisé voué à la débauche (avec d’ailleurs des images qui laissent perplexe quand on connait l’état habituel du site, déjà très dégradé), les journalistes un peu sérieux auraient pu montrer que ce mouvement était plutôt bien organisé et sous contrôle, notamment grâce au service de sécurité des étudiants et au travail des vigiles restés sur place. Surtout, ils auraient pu essayer de rendre un peu raison de leur mobilisation, d’en caractériser « l’esprit » en se penchant un minimum sur les activités organisées : les conférences, les ateliers, les projections, les productions artistiques, intellectuelles et politiques des étudiant·e·s. Bref, essayer de voir ce que cette expérimentation avait de cohérent par-delà l’hétérogénéité des personnes investies et le « désordre » de surface. On pourrait parler aussi du traitement médiatique réservé à la France insoumise et à ses sympathisants, lors de l’élection présidentielle. On a totalement tu que ces derniers, loin d’être des « bobos » ou encore les fanatiques d’un leader maximo, entretenaient  un esprit critique, une volonté d’aller au fond des choses, de discuter, d’aborder la politique par les idées sans jamais les déconnecter des valeurs ou d’un modèle de société.

En fait, sauf cas particulier, la plupart des mouvements qui entendent remettre en cause l’ordre des choses, ou simplement résister au modèle de civilisation sous-jacent aux politiques néolibérales, sont particulièrement maltraités par les médias dominants. Tout du moins lorsque ces mouvements représentent une menace un peu sérieuse…

Y a-t-il des photographes qui vous inspirent ? Dans quelles filiations photographiques vous inscrivez-vous ? Avez-vous en tête des photographies que vous considérez comme particulièrement fortes ?

Grâce à ma famille toujours, il y avait quelques livres de photos à la maison. Certains de Willy Ronis, d’autres du photographe iranien Réza. Puis, durant mes études de sociologie, j’ai découvert le travail varié de Depardon d’abord via ses documentaires et ensuite ses photos. Ce sont trois noms, trois types de photographes auxquels je suis attaché. J’aime aussi beaucoup les images de Josef Koudelka, en particulier celles réalisées durant le Printemps de Prague, ainsi que les photographes les plus politiques de l’agence Magnum. J’ai la chance d’avoir un tirage de la célèbre photo de Jeff Widener représentant cet homme seul qui fait face aux tanks sur la place Tiananmen en 1989. C’est typiquement le genre d’images qui me touche et qui, je crois, ne peut pas laisser grand monde indifférent en raison de la puissance du symbole : le courage, la résistance. Je pourrais en citer beaucoup d’autres. Ce ne sont pas les bonnes photos qui manquent, surtout dans le photo reportage. Mais il est vrai que la « photographie sociale » et « humaniste », peu importe comment on l’appelle, a tendance à m’animer… Beaucoup…

Les clichés exposés actuellement sont essentiellement des photographies de mobilisations et notamment de manifestations. Comment vous y prenez-vous pour filmer dans ces circonstances ? Quelles contraintes rencontrez-vous ?

La photographie de manifestations est un genre facile à pratiquer, même pour les timides ! Les manifestants sont souvent tacitement d’accord pour être photographiés ; ils jouent spontanément avec le photographe ; les ambiances et les profils changent beaucoup selon les cortèges ; il se passe énormément de choses cocasses à l’intérieur ou à l’extérieur de la manifestation ; le photographe a la possibilité d’être très mobile, etc. Cela ne garantit pas de réussir une bonne image, mais c’est un genre très agréable à pratiquer par son côté ludique et les faibles contraintes qu’il impose. Les seuls cas un peu compliqués concernent parfois la police et les Black blocs qui peuvent être assez agressifs envers les photographes. Un peu d’anticipation, beaucoup de sourires et surtout du « bon sens », en acceptant parfois de ne pas déclencher, permet de calmer la situation et de ne pas se mettre en danger.

Pourquoi utilisez-vous le noir et blanc pour vos photographies de reportage ?

Il s’agit d’abord d’un choix esthétique et d’un goût personnel. C’est peut-être aussi, il faut se l’avouer, une façon de se distinguer et d’ennoblir ce genre photographique, en faisant référence implicitement à un autre temps du photo reportage et en renforçant artificiellement la dimension historique de l’image. Mais cela répond également à un objectif pratique. On perd certes de l’information en gommant les couleurs, mais le N&B permet d’aller à l’essentiel et de guider le regard sur la photo : il donne souvent plus de force à l’image parce qu’il permet de gommer à peu de frais de nombreux éléments parasites. Mais ce n’est pas une règle et, dans le milieu de la presse, ce type de traitement n’est guère apprécié, sans doute parce qu’il ne répond plus à la temporalité imposée par le fonctionnement du champ journalistique. De fait, le travail des photographes de presse se réduit souvent, aujourd’hui, à déclencher un maximum sur le terrain et à envoyer aussitôt ses fichiers « bruts » à une rédaction ou à une agence qui aura ensuite à les vendre à d’autres médias. Ces photographes sont largement dépossédés de leur travail et s’occupent rarement du développement de leurs images. Il faut avoir à l’esprit que ce secteur est très peu régulé et que la concurrence est terrible entre les photographes qui essayent de vivre de leur métier. Par exemple, toutes les agences de presse ont aujourd’hui leurs propres photographes. Elles prennent leurs photos même si elles sont moins bonnes, car leurs salariés ne touchent pas de droits d’auteur. Il existe aussi des bases d’images amateurs qui cassent les prix, et dans lesquelles tout le monde peut se servir pour quelques centimes d’euros. Au final, ce qui compte, ce n’est pas tant la qualité de l’image que son coût.

Vous arrive-t-il de retravailler vos photographies ?

Comme la prise de vue s’effectue presque toujours en couleurs, le passage en N&B constitue déjà un travail sur la photo. Il peut prendre du temps selon les tonalités du cliché initial. Et comme je n’aime pas beaucoup rester derrière mon ordinateur quand il s’agit de photographie, je limite pour l’essentiel le traitement de mon image à quelques recadrages et au développement en N&B.

© Brice Le Gall

Ce qui me demande le plus de travail est la sélection et l’organisation des images : trouver l’histoire que je souhaite raconter, les idées que je veux faire passer ou dans lesquelles je me reconnais. Même dans une démarche documentaire, la photographie n’est pas autre chose, je crois, que l’expression dans le domaine esthétique d’attitudes éthiques.

Justement, y a-t-il pour vous une éthique du photographe ? Si oui, en quoi consiste-t-elle ?

De la même façon qu’on devrait revendiquer un espace de liberté pour la Science dégagé des censures du monde social (en particulier de ses enquêtés), il serait bon, je crois, de défendre un peu plus l’autonomie de la pratique photographique. Je trouve dommage que les photographes de rue s’empêchent de prendre certaines images intéressantes, alors qu’ils sont par ailleurs bien moins scrupuleux quand ils peuvent placer une photo dans la presse et qu’ils n’exigent pas de contrôler les légendes par exemple. Bien entendu, certaines situations peuvent être problématiques (quand il en va de la dignité humaine ou de pratiques illégales) et il faut réfléchir un minimum à sa responsabilité lorsqu’on décide de diffuser une photo. Mais il existe actuellement beaucoup de fantasmes autour du « droit à l’image » alors que celui-ci est contrebalancé en France par un droit à l’information et à la liberté d’expression artistique et par une jurisprudence qui, jusqu’à présent, est plutôt favorable aux photographes. Cette autocensure est problématique. Elle vient conforter des idées reçues et, évidemment, porte à se priver d’un outil d’objectivation du monde social et de documents souvent irremplaçables pour écrire l’histoire ou témoigner.

Sans doute du fait de la sympathie que j’éprouve à l’égard de celles et ceux que je photographie, je n’ai pas rencontré de cas problématiques. Si des personnes dans un espace public s’opposent à une prise de vue ou à la diffusion de leur image, j’essaie d’expliquer ma démarche, l’intérêt de la photo, etc., pour lever tous les malentendus. Si c’est un non rédhibitoire, je cède et ce n’est pas bien grave. En tout cas, je ne veux pas demander systématiquement l’autorisation avant de prendre une image et je me refuse jusqu’à présent à flouter les visages. Ces floutages saccagent la dimension esthétique de la photo. Ils alimentent aussi l’espèce de paranoïa ambiante dans certains milieux militants. Et surtout, ils tendent de plus en plus à s’imposer comme une pratique « normale », ce qui est assez dangereux pour l’autonomie du photographe.

Parmi les photographies exposées en ce moment, lesquelles vous tiennent particulièrement à cœur ? Pourquoi ?

Les photographies de rue s’apparentent souvent à un « vol ». Or les photos de manifestations, et notamment la plupart de celles exposées au Centre CNRS Pouchet, relèvent d’une logique différente au sens où il s’agit souvent d’un cadeau fait au photographe. Le photographe est instrumentalisé autant qu’il instrumentalise et il me semble que c’est aussi ce jeu social qui rend grisante cette pratique. Pendant les quelques secondes que dure l’interaction, l’appareil crée une complicité entre deux personnes anonymes qui, la plupart du temps, ne seront pas amenées à se connaître. Ces photos sont souvent de véritables « rencontres », certes muettes et furtives mais souvent très intenses et généreuses. Pour cette exposition, je pense notamment au cliché de la jeune fille qui fait mine d’embrasser un gendarme mobile, les bras grands ouverts dans sa direction.

© Brice Le Gall

Cette photo a été prise pendant la longue mobilisation contre la « loi El Khomri », à un moment de vives tensions dans le cortège de tête. Les manifestants venaient d’être aspergés de gaz lacrymogène. Ils étaient pris en tenaille entre les policiers, qui avaient manifestement pour consignes de bloquer le cortège devant l’Hôpital Necker, et des black blocs qui voulaient avancer et poursuivre la manifestation. J’ai dû photographier cette personne pendant une dizaine de secondes avant qu’elle ne me repère et aille alors embrasser le gendarme, m’offrant, je crois, l’une de mes plus belles images.

Une autre photo que j’aime bien est celle de deux manifestants place de la Bastille qui expriment avec humour leur exaspération vis-à-vis de François Hollande, alors président de la République.

© Brice Le Gall

Cette photo a été prise pendant le même mouvement social, au cours d’une des dernières manifestations avant la pause estivale. Les insultes sur la pancarte confèrent d’emblée à l’image un côté burlesque qui est renforcé par les postures des deux personnages. C’est une façon comique de témoigner de l’exaspération et du sentiment de trahison des manifestants vis-à-vis de Hollande qui a été, de fait, complètement sourd à l’opposition de la rue.

Un dernier portrait, très différent dans le style et le message, est celui de ce vieux monsieur à la tenue à la fois soignée et stricte, qui fume sa pipe en agitant un drapeau sur la place du Trocadéro.

© Brice Le Gall

Cette image a été prise lors du rassemblement organisé en soutien à François Fillon pendant les élections présidentielles de 2017. Cet homme savait que je le photographiais ; j’ai dû tourner autour de lui pendant 5 ou 10 secondes avant de trouver un cadrage correct. Son hexis corporelle condense ou synthétise quelque chose qui n’est pas seulement de l’assurance ou du pouvoir. Cet homme est certes un idéal typique de l’électorat de Fillon (du point de vue de l’âge et de ce qu’on peut supposer de ses propriétés sociales), mais à travers sa rigidité et ce qu’elle suggère de son rapport à l’ordre, il a aussi quelque chose d’un peu anachronique qui m’a touché. L’image parvient à montrer aussi son côté humain…  Ces gens ne sont pas aussi affreux qu’on peut parfois le penser à gauche : après tout, ils sont prisonniers de leur habitus comme nous tous…

Vos photographies comportent pour certaines une forte dimension politique. Quel est votre objectif à travers elles ? Votre pratique photographique est-elle pour vous un acte politique ? S’articule-t-elle avec d’autres formes d’engagement ?

Je vais dire des banalités pour les sociologues mais oui, en tant que représentation du monde social, la production d’une image n’a évidemment rien de neutre. Tout comme il n’y a pas d’écriture sur le monde social qui n’enferme sa part de normativité, d’affects, d’aspirations implicites à un autre monde social, etc. Le parallèle avec la sociologie et la construction de son objet fonctionne très bien. Il est difficile de ne pas en avoir conscience quand on travaille sur une série : faire un reportage photo en essayant de donner à voir un « espace » des manifestants, choisir d’écarter une image ou au contraire d’en « sauver » une autre en la retravaillant alors qu’elle est mauvaise, réfléchir à l’enchainement de sa série, donner à certaines images une tonalité plus « douce » ou plus « agressive », etc. Toutes ces opérations reviennent à construire la réalité, à raconter une histoire, et donc à présenter sa vision du monde. Une image en dit probablement autant sur son sujet que sur celui qui prend la photo, notamment sur son ethos, son habitus.

Néanmoins si faire une image est un acte « politique », il faut reconnaître aussi que l’efficacité de celui-ci est très limitée, voire nulle. D’abord parce qu’on ne contrôle pas, ou si peu, la réception de son image. Ensuite parce que la diffusion d’une photo est souvent confidentielle et noyée dans un flot d’images et de discours qui peuvent conforter des visions opposées du monde social. Enfin, et surtout, parce que, même dans le cas d’une excellente photographie ayant un message à portée universelle, celle-ci n’a que très peu de prises sur le fonctionnement des différents champs. On parle beaucoup du « pouvoir » des mots et des images et de leur performativité… Cela me laisse assez sceptique. Il y a sans doute une guerre des images à l’œuvre dans bien des domaines, mais il ne faut pas surestimer leur capacité à transformer des univers qui répondent en fait à des logiques relativement autonomes. Si diffuser des images de gens qui résistent me donne le sentiment de leur rendre raison et d’être un peu utile dans leurs combats en touchant un public plus large qu’avec un texte sociologique, il faut bien reconnaître que c’est peu de chose… et tellement insuffisant.

Pour qui photographiez-vous ? Comment vos photographies sont-elles diffusées ?

Concernant la diffusion, j’ai la chance d’avoir un site Internet facile et rapide à utiliser. Concrètement, j’ai une liste de personnes assez diverses socialement que j’imagine intéressées de près ou de loin par mes images. Ce sont souvent des ami·e·s ou des connaissances et je diffuse donc essentiellement par cette voie, sans leur demander d’ailleurs s’ils ou elles souhaitent recevoir mes photos, ce qui me gêne toujours un peu…  Après les manifestations, j’envoie aussi les photos mises sur mon site aux associations ou collectifs dont j’ai ramassé les tracts. Ce retour leur fait souvent plaisir et il me permet de leur rendre un peu de ce qu’ils et elles m’ont donné. Je traîne des pieds pour utiliser les réseaux sociaux, il faudrait que je m’y mette mais c’est très chronophage.

Pour qui je photographie ? La question est compliquée, autant d’ailleurs que celle de savoir pour qui on écrit un texte sociologique. Il est sans doute impossible de se libérer complètement du jugement des pairs et donc des personnes qui constituent notre univers de référence. Mais, je crois aussi qu’on a tous en tête une personne imaginaire à laquelle on s’adresse et qu’il est bien difficile de définir… Je prends des images certes pour les gens photographiés, pour rendre visible leur résistance, etc., mais ce serait une réponse trop facile. On photographie également pour celles et ceux qui ne sont pas là mais qui pourraient se reconnaître ou avec qui on voudrait partager. On photographie aussi « contre » d’autres photographes, « contre » des politiques ou des médias. On photographie enfin sous le contrôle de certain·e·s photographes (vivant·e·s ou défunt·e·s) dont le style nous a séduit ou façonné. Au final, la photographie, comme la sociologie, est peut-être surtout un moyen de se rendre supportable le monde social et de persévérer dans son être. L’opération de sélection et de développement des images est d’ailleurs propice à cette forme de connaissance de soi.

Le texte, ne serait-ce que sous la forme d’un titre, est-il un prolongement nécessaire à l’image ?

Nécessaire, je ne sais pas. Il peut venir en soutien à l’image pour contrôler l’interprétation qu’on souhaite en donner. En ce sens, il est parfois indispensable. Mais j’ai tendance à penser aussi que si le texte est nécessaire, c’est que l’image n’est pas très bonne. Dans l’idéal, il faudrait être capable d’informer, d’émouvoir, d’indigner, au moins le temps d’une seconde, en se passant du texte. C’est la force des « grandes » photos qu’on voit rarement…

© Brice Le Gall

Bref, j’ai une position intermédiaire sur l’écriture. Lorsque je me sens compétent sur un sujet ou que j’estime avoir des choses pas trop bêtes à dire, j’accompagne une série d’images d’un petit texte introductif. Mais comme il est très difficile de trouver les mots justes, de s’adresser à la fois à des sociologues, des militant·e·s, et des personnes qui n’ont pas forcément le même capital culturel, j’ai l’impression de marcher sur des œufs et le résultat n’est pas vraiment satisfaisant. Je m’en tiens donc à des présentations courtes et assez factuelles. Cela m’oblige à ne pas perdre de vue l’essentiel et, surtout, cela me permet de suggérer d’ « où je parle », d’« où je photographie », ce qui a au moins le mérite de rompre avec la fiction de la neutralité.

Vous avez une formation de sociologue. Pouvez-vous revenir sur ce que représente pour vous cette discipline ?

C’est encore une question difficile à laquelle j’aurais probablement répondu plus simplement au début de mes études. Je crois que, pendant plusieurs années, je mettais beaucoup d’espoir dans le pouvoir du travail intellectuel à faire « bouger les lignes », pour le dire vite. Progressivement, j’ai dû réaliser que le savoir sociologique n’avait que très peu de prise sur les représentations et le sens pratique des agents. À travers mes enquêtes notamment, j’ai dû réaliser que les universitaires sont souvent plus gouverné·e·s par leurs intérêts académiques que par leurs intérêts éthiques, scientifiques ou politiques et que les sociologues peuvent faire un usage tout à fait cynique de la connaissance sociologique. Il y a quelque chose de désespérant – et qui me met encore parfois en colère – à observer le décalage entre ce formidable capital de connaissances dont nous disposons pour penser le monde social et l’inefficacité de ces analyses pour infléchir l’ordre des choses, d’abord au niveau individuel dans l’univers académique.

Par ailleurs, ma position de doctorant me fait peut-être percevoir les logiques qui tendent à nous transformer peu à peu en homo economicus et à saper le sens du métier, parfois jusqu’à nous faire oublier les raisons de notre intérêt initial pour la sociologie. Ce qui est très grave… Je pense par exemple aux injonctions qui pèsent actuellement sur les nouveaux entrants et notamment au format et à la durée des thèses, à cette course à la publication « prestigieuse », à la consigne, bien intégrée par certain·e·s, de « faire feu de tout bois », de découper son objet et de rentabiliser au plus vite le moindre morceau de son enquête sociologique. Je pense aussi aux pratiques éditoriales des revues académiques, à leur puissant pouvoir de formatage et surtout de sélection sociale et scolaire. Enfin, je pense évidemment à l’armée de réserve de précaires, aux difficultés rencontrées pour se faire recruter, pour gagner le droit d’exister tel·le qu’on est, en particulier lorsqu’on n’est pas issu·e· d’Écoles dont on devrait pourtant questionner la « grandeur ».

Toutes ces logiques participent aussi, à côté des politiques publiques, à l’institutionnalisation d’un nouveau régime scientifique qui n’a pas grand-chose de « rationnel ». Non seulement, ce régime conduit à l’élimination et à l’auto-élimination des agents les moins dotés socialement et/ou les moins disposés à accepter ces règles du jeu alors qu’ils ne sont pas forcément les plus mauvais sociologues. Mais en plus, il affecte, je crois, le contenu des travaux scientifiques en produisant un mélange de conformisme intellectuel, de spécialisation, de surproduction… Bref, aujourd’hui, il est difficile pour moi d’envisager la sociologie comme une discipline purement intellectuelle en la détachant des obstacles sociaux et institutionnels qu’il faut surmonter sinon combattre en tant que « prétendant » à une position de sociologue.

J’essaie toutefois de ne pas perdre de vue l’essentiel : la transmission de la discipline aux étudiant·e·s quand on m’offre la possibilité d’enseigner. J’ai pu comprendre que si la sociologie ne peut pas tout, elle conserve néanmoins une capacité d’élucidation du réel qui est précieuse et qu’il est important de transmettre aux étudiant·e·s pour les aider à se défendre des agressions du monde social. Il me semble que c’est ici la principale mission des sociologues qui enseignent. Avoir l’opportunité de transmettre les outils de la sociologie et sa vision du monde social est un privilège dont il faut avoir conscience et qu’il ne faut pas gâcher, même si l’enseignement, pour ces raisons justement, est parfois épuisant.

Vous terminez actuellement votre thèse de doctorat. Quels sont ses objets et ses méthodes ?

Les oppositions quanti/quali, de même que les labels comme « l’ethnographie », la « sociohistoire », la « sociologie économique », etc. me semblent profondément contreproductifs. Alors qu’on devrait en toute rigueur multiplier les points de vue (donc cumuler les méthodes et les boîtes à outils) et construire son objet en comparant avec les logiques à l’œuvre dans d’autres champs, ces oppositions me semblent révéler au mieux les limites de chaque sociologue, au pire leur sens du placement et les « modes » du moment. Pour faire simple, je travaille sur les formations universitaires en économie et gestion et plus particulièrement sur la façon dont la gestion a phagocyté les cursus universitaires en économie. Je suis toujours attaché aux savoirs critiques et je suis un peu agacé de voir comment ils se retrouvent monopolisés par les étudiant·e·s issu·e·s de la bourgeoisie culturelle ou faisant partie de l’aristocratie scolaire alors que ce sont souvent eux/elles qui en ont le moins besoin et qui en font les pires usages ! Il faut bien voir que ces formations sont aujourd’hui très hiérarchisées mais aussi très segmentées du point de vue de leur recrutement social et scolaire. Alors que la masse des étudiants se dirige ou est dirigée vers des savoirs économiques « pratiques », « appliqués », qui se veulent « professionnels », on observe que les savoirs les plus critiques sur le fonctionnement du capitalisme sont, pour l’essentiel, réservés à quelques institutions perçues comme prestigieuses et donc à une poignée d’étudiants « bien nés », cumulant souvent tous les privilèges, et se destinant très rarement au monde de l’entreprise. On pourrait en dire autant pour la sociologie critique, ses espaces de diffusion et les usages qui en sont faits. Combien de spécialistes de l’analyse de la domination symbolique oublient la violence de leur capital culturel à l’intérieur ou à l’extérieur de leur amphithéâtre ? Combien de spécialistes du système scolaire mettent leurs enfants dans le privé tout en dénonçant les stratégies d’évitement de la carte scolaire ? On pourrait multiplier les exemples. Le monde social fonctionne de telle manière qu’on est parfois rattrapé par les logiques qu’on entend sincèrement combattre par ailleurs…

À part ces motivations, rien de très original. La perspective est historique : j’ai travaillé sur les archives de plusieurs universités tout en menant des enquêtes par entretiens, questionnaires, observations, sur le corps enseignants et le public de ces disciplines. J’ai fait pas mal de détours et produit une somme de matériaux qui sera sans doute absente du manuscrit final, mais qui a été cruciale dans la construction de l’objet. Au final, j’essaie d’écrire une histoire de l’enseignement de l’économie en France à partir d’une institution considérée comme plutôt marginale dans son champ, mais en ne l’autonomisant jamais complètement de l’évolution des autres départements d’économie et notamment des usages que les étudiants font de leurs études selon leurs classes sociales. C’est le compromis le moins mauvais que j’aie trouvé pour restituer l’essentiel des schèmes d’analyses apparus au cours de mes enquêtes tout en répondant aux contraintes académiques du moment. C’est aussi une façon de rappeler qu’un « petit » objet bien construit peut en dire autant, voire plus, sur le monde social que des enquêtes sur des groupes sociaux ou des institutions considérées comme prestigieuses ou « importantes ».

Vos objets de recherche ont-ils à voir avec ce que vous photographiez ?

J’ai peu utilisé la photographie dans la thèse. J’ai pris de façon systématique les murs de l’université Paris-Dauphine pour essayer de rendre compte d’une atmosphère, d’un « air du temps » profondément managérial, si typique des écoles de commerce, mais qu’on retrouve de plus en plus dans les universités. Vous voyez un peu, j’imagine, cet univers symbolique : les panneaux d’affichages avec leurs multiples classements, leurs petites annonces où tout ou presque peut se vendre, leurs publicités omniprésentes qui appellent au « dépassement de soi », à la construction de « sa carrière », à « l’ambition », etc. Un mélange de proximité au pouvoir économique, de bienséance, de référence à la culture légitime (le piano, le théâtre, le golf, etc.) et, en même temps, d’exacerbation de la compétition individuelle et de la valeur marchande. Accumulées, toutes ces affichettes révèlent un ethos, un « esprit » du capitalisme, qui en dit long sur la position relative de cet établissement dans l’espace des formations économiques et qui ne peut être sans effet sur le système de dispositions des étudiant·e·s. J’aurais aimé aussi prendre mes enquêté·e·s en photo pour faire sentir tout ce qui peut séparer, dans l’hexis corporelle, la tenue vestimentaire, les manières d’être, un étudiant en histoire de la pensée économique d’un étudiant en finance ou en commerce, par exemple. Ce sont des manières d’être qui recoupent des différences de classe, mais aussi des différences d’habitus disciplinaires que la photographie permettrait d’objectiver. Malheureusement, je m’y suis pris trop tard et surtout je n’ai pas toujours osé.

Quels sont vos projets photographiques ?

Je ne fais plus aucun « projet » tant que je n’ai pas mis un point final à la thèse. Comme la sociologie, la photographie demande du temps et un investissement important si on souhaite aboutir à quelque chose d’intéressant. J’ai commencé plus ou moins par hasard différentes séries sur les hôpitaux, les migrant·e·s, sur un précaire de la course à pieds qui évolue sur le circuit national et international du trail. J’ai aussi des sujets plus légers comme ces cœurs inscrits sur les murs des villes et des campagnes… mais pour l’instant tout est à l’arrêt. Celui qui me tient le plus à cœur est clairement sociologique : aboutir à une représentation photographique de l’espace des classes sociales et des styles de vie, une sorte d’analyse factorielle géante incarnée par des personnes en chair et en os. Comme les étudiant·e·s peuvent avoir du mal à comprendre et à lire une Analyse de Correspondances Multiples, je pourrais peut-être un jour la leur présenter de façon ludique !

Propos de Brice Le Gall recueillis par Julienne Flory et Cécile Rabot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *