Photographie militante et sociologie engagée (2) – À propos des photographies de Brice Le Gall

À partir de l’exposition de photographies de Brice Le Gall au Centre CNRS Pouchet, Gérard Mauger, directeur de recherche émérite au CNRS, propose pour le carnet de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods une réflexion sur l’engagement en photographie et en sociologie.

© Brice Le Gall

Brice Le Gall dont on expose aujourd’hui des photographies de manifestations dans les locaux du CNRS-Pouchet est aussi un jeune sociologue dont un article, issu de la thèse qu’il termine, vient de paraître dans les Actes de la Recherche en Sciences Sociales1.

Parce que les manifestations sont un de ses objets de prédilection, sans doute tend on spontanément à confondre le photographe et son objet et à voir en lui un manifestant. La photographie relaie, en effet, la manifestation et le photographe « s’engage » dans la manifestation en la photographiant. De fait, Brice Le Gall est un photographe « engagé » : ses photographies de manifestations « illustrent » – dans les deux sens du terme – celles des jeunes contre les violences policières, des femmes contre les violences qu’elles subissent, des travailleurs contre le délitement progressif du droit du travail ou encore celles des sans-papiers…

Photographe militant, on ne s’étonnera pas qu’il soit aussi « un sociologue engagé » : le sens commun a l’intuition de la cohérence des habitus. Pourtant, en un temps de célébration des business schools, son objet de recherche – la conversion à la gestion – ne dit rien ou pas grand chose, en l’occurrence, du sociologue. En fait, la cohérence de « l’engagement » de Brice Le Gall, photographe et sociologue, ne réside pas tant dans ses choix d’objets que dans le regard qu’il porte sur eux. Dans les deux cas, il s’agit de « vues » prises à partir d’un même « point de vue ». Les mêmes schèmes de perception sont transposés sur des objets distincts et dans des registres d’expression différents.

Je sais, bien sûr, que dire d’un sociologue qu’il est « engagé », c’est, pour certains, lui contester sa qualité de sociologue. De leur point de vue, l’intention scientifique implique « l’objectivité », la « neutralité axiologique ». C’est ce point de vue « classique », bien qu’un peu rudimentaire, que défendaient récemment Gérald Bronner et Étienne Géhin2 et les « vrais » sociologues convoqués par la revue Le Débat3 pour faire écho à « l’événement ». Puissamment relayés par les médias dominants, ils mettaient en garde contre « la politisation » de la sociologie.

À mon sens, tou(te)s méconnaissent la spécificité de la sociologie. Dans la mesure, où le monopole de l’élaboration et de la diffusion de la vision légitime du monde social est un enjeu central du jeu politique, la sociologie est inévitablement politique. S’efforcer de dire la vérité sur le monde social – ce que font sans doute, à leur manière, Bronner, Géhin et les autres – c’est s’immiscer avec l’autorité de la science dans les luttes politiques et médiatiques qui ont pour enjeu la représentation du monde social. En la matière, toute représentation porte – au moins virtuellement – à conséquence politique4. Comme l’écrivain de Jean-Paul Sartre, le sociologue « est « dans le coup », quoi qu’il fasse »5. Le clivage en cause n’oppose pas des sociologues « politisés » ou « engagés » à d’autres qui ne le seraient pas, « des militants » à « de vrais savants », mais des sociologues qui font de la politique en le sachant et ceux qui en font aussi mais sans le savoir (ou en faisant comme s’ils ne le savaient pas). Être « un sociologue engagé », ce n’est rien de plus que tirer les conséquences d’une situation de fait.

Ainsi, prophétiser « la fin de l’histoire » en claironnant urbi et orbi qu’il n’y a pas d’alternative (TINA), c’est renforcer l’orthodoxie en faisant accéder la doxa à l’état d’opinion et en la créditant de la légitimité accordée à la science ou à ses apparences. Voir et ne vouloir voir que des « individus » là où d’autres voient des « classes sociales », c’est renvoyer les classes et leurs luttes aux poubelles de l’histoire. Classer les gens par couleur, par sexe ou par âge, ou en fonction de leurs ressources économiques et culturelles, c’est justifier (ou disqualifier) « scientifiquement » la mobilisation des groupes sociaux correspondants et contribuer ainsi à la légitimation (ou à l’invalidation) de telle ou telle « cause ». Dévoiler les mécanismes et les stratégies de domination, c’est contribuer à les contrecarrer en libérant les forces potentielles de résistance neutralisées par la méconnaissance, les occulter (ou les ignorer), à l’inverse, c’est renforcer l’exercice de la domination symbolique.

© Brice Le Gall

On peut certes s’interroger sur la force du message sociologique : quels peuvent être les effets de révolutions opérées dans l’ordre des mots sur l’ordre des choses ? Mais, en l’état actuel des luttes symboliques, il ne s’agit sans doute pas tant de dénoncer les excès de confiance dans les pouvoirs des discours, que de lutter contre les excès de défiance qui justifient toutes les démissions. Quoi qu’il en soit, les effets prêtés à ces discours (dont ceux des sociologues) et aux visions du monde qu’ils expriment expliquent les polémiques incessantes dont la sociologie fait l’objet.

Sans doute faut-il préciser encore que l’engagement sociologique n’implique en rien le renoncement à la scientificité, c’est-à-dire à la rigueur et à la réflexivité dans la pratique de l’enquête comme dans l’interprétation des « données ». Au contraire même : la conscience de l’engagement sociologique impose un surcroît de rigueur et de réflexivité. L’objectivation sociologique passe, en effet, par celle du point de vue à partir de laquelle elle s’énonce. Elle implique la critique de l’ethnocentrisme intellectuel sous toutes ses formes et, en particulier, celle de la propension au campus radicalism… Par ailleurs, l’engagement sociologique ne transforme pas le chercheur en homme politique. S’il engage dans le combat politique sa compétence spécifique, il y investit aussi les valeurs de vérité ou de désintéressement indissociables de la pratique de la recherche. C’est pourquoi l’engagement sociologique va de pair avec la défense du « professionnalisme » contre les pulsions prophétiques et « l’amateurisme généralisé ». Et il implique de même la défense de l’autonomie de la recherche contre la subordination de « l’intellectuel de parti ». C’est en ce sens que, multipliant les enquêtes sous toutes leurs formes, doutant des interprétations qu’il propose, toujours prêt à les remettre en cause, à les rectifier sinon à les réviser, on peut affirmer que Brice Le Gall est un sociologue exemplaire.

Photographiant des manifestations, il s’intéresse également à ceux qui manifestent en faveur de François Fillon. C’est dire que photographier des gens investis dans une cause n’implique pas d’y être soi-même engagé. De même, il ne suffit pas d’enquêter sur les classes populaires pour être un « sociologue engagé » (même s’il est vrai qu’aujourd’hui, le simple fait de s’y intéresser est sans doute un indicateur d’ « engagement »). En fait, l’engagement du photographe tient surtout au point de vue pris sur  l’engagement  – au choix et au cadrage des manifestants – qui n’est évidemment pas un point de vue de nulle part. Dans le cadre de ce choix d’objet – les manifestations – Brice Le Gall met en scène les corps manifestants (les hexis corporelles, les postures, les expressions), mais aussi les banderoles, les pancartes, les accessoires manifestants, c’est-à-dire, en définitive, les « styles manifestants » (de droite ou de gauche, d’hommes ou de femmes, etc.).

© Brice Le Gall

Il s’agit de donner à voir la diversité des manifestants souvent tenus pour une masse uniforme réduite à ses effectifs (le « nombre de manifestants » selon les chiffres de la police), de rectifier les stéréotypes véhiculés par les médias (« le syndicaliste », « le casseur », « le service d’ordre », etc.), de saisir l’hexis corporelle capable de restituer un état d’esprit, de capter l’image susceptible de suggérer la tonalité de la manifestation et, peut-être, de susciter ainsi des identifications possibles. C’est en cela, je crois, que réside « l’œil du photographe ». Pour les mêmes raisons que le sociologue, il est inévitablement engagé. Pour les mêmes raisons, l’engagement photographique n’implique en rien le renoncement à l’intention artistique.

Brice Le Gall est « un photographe engagé », exactement comme il est « un sociologue engagé ». Pour être « engagé », il n’en est pas moins un authentique savant et un véritable artiste.

Gérard Mauger

  1. Brice Le Gall, « L’aggiornamento d’un département d’économie. Conversion à la gestion et marginalisation des savoirs critiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 220, décembre 2017, p. 48-67. []
  2. Gérald Bronner et Étienne Géhin, Le Danger sociologique, Paris, PUF, 2017. []
  3. « La sociologie au risque d’un dévoiement », Le Débat, n° 197, novembre-décembre 2017, p. 113-141. []
  4. Voir Gérard Mauger, « La sociologie est une science politique », Cités, « Bourdieu politique », n° 51, 2012/3, p. 33-46. []
  5. Jean-Paul Sartre, Situations II, Paris, Éditions Gallimard, 1948. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *