Séminaire Open-SHS. Compte rendu de la séance 3 : formes alternatives de production d’articles et de publication en accès ouvert

Le séminaire OPEN-SHS, organisé à l’initiative de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods et de la ComUE Université Paris Lumières (UPL), s’est poursuivi avec une troisième séance consacrée à deux formes alternatives de production d’articles et de publication en accès ouvert : Episciences et Peer Community In. Sont intervenus, pour la première, Céline Barthonnat et Raphaël Tournoy (CCSD), et, pour la seconde, Thomas Guillemaud et Denis Bourguet (Inrae).

Le projet OPEN-SHS, lauréat du deuxième appel à projets du Fonds national pour la science ouverte, a pour ambition de faire de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods un dispositif pilote dans la stratégie de la ComUE Université Paris Lumières (UPL) en matière de science ouverte. BS/SG est une revue semestrielle et bilingue de sciences sociales des arts, de la culture et des idées, diffusée selon les principes du modèle « diamant » (en accès ouvert gratuit, sans APC ni barrière mobile) sur OpenEdition Journals.

OPEN-SHS se décline en trois axes. Le premier, « Consolider », consiste à accompagner BS/SG vers un modèle économique plus pérenne pour permettre à la revue de poursuivre ses ambitions éditoriales en matière de science ouverte et de publication multilingue. Le deuxième, « Innover », vise à développer une forme éditoriale innovante, la synthèse multilingue, expérimentée dans le cadre du programme Transiens (2019-2022). Le troisième volet, « Transmettre », a vocation à mettre en commun les expériences, connaissances et pratiques pour réfléchir collectivement aux applications et implications des principes de la science ouverte sur les processus éditoriaux et les modèles économiques des revues de sciences sociales. Cet axe comprend l’organisation du premier Symposium de revues européennes de SHS (2021-2022), la mise en place d’une rubrique « science ouverte » dans BS/SG (2023) et l’organisation du séminaire OPEN-SHS (2022-2023).

Episciences, une solution complète pour l’édition et la publication de revues scientifiques en accès ouvert

La première partie de la séance portait sur la plateforme Episciences, présentée par Céline Barthonnat (éditrice, chargée de publication) et Raphaël Tournoy (responsable de la plateforme).

Episciences est une plateforme de publication qui vise à héberger des revues numériques (ou hybride), en accès ouvert de type diamant : l’hébergement et la diffusion des revues sur Episciences n’a aucun coût pour les auteur·rices, les lecteur·rices et les revues elles-mêmes. Comme HAL et SciencesCONF, Episciences est une plateforme portée par le Centre pour la communication scientifique directe – institution sous la tutelle du CNRS, de l’Inria et de l’Inrae. L’équipe d’Episciences, dédiée au support et à l’accompagnement éditorial des revues, est composée de huit personnes réparties entre trois institutions. La mise en œuvre d’Episciences implique un responsable de la plateforme, deux développeurs et une chargée de publication au CCSD ; trois chargé·es d’édition à l’Inria, dédié·es à l’accompagnement technique et éditorial des revues en informatique et mathématiques appliquées ; et une chargée d’accompagnement à l’Institut Fourier (CNRS, UMR 5582) pour les revues en mathématiques.

Au 20 janvier 2023, Episciences comptait 5 390 articles publiés dans 26 revues et 11 300 comptes utilisateurs, désignant l’ensemble des personnes ayant un rôle dans une des revues hébergées (auteur·rices, évaluateur·rices, etc.). Les revues hébergées s’inscrivent dans une variété de disciplines, en sciences humaines et sociales comme en sciences techniques et médicales, et sont implantées sur tous les continents. Elles sont sélectionnées par des Épi-comités, organisés par discipline et garants de leur scientificité.

Ces revues sont des « épi-revues » (ou overlay journals) : leur mode de publication est basé sur l’utilisation des archives ouvertes. Cela permet de garantir la pérennité de l’accès aux publications, même si les revues qui les ont accueillies venaient à disparaître. Le concept des overlay journals vient en grande partie de la communauté des chercheur·ses en mathématiques, et c’est sur une idée originale du mathématicien Jean-Pierre Demailly de l’Institut Fourier qu’Episciences est née. Le principal intérêt des revues à être sur la plateforme est l’intégration des différentes étapes du « suivi éditorial » (workflow) sur cette dernière, au moyen d’une application open source.

Le workflow est le suivant : les auteur·rices commencent par déposer le manuscrit de leur article dans une archive ouverte — HAL et arXiv principalement, et l’archive européenne Zenodo de façon plus marginale. Ensuite, les auteur·rices proposent leur contribution sur le site de la revue visée, en indiquant l’identifiant de leur manuscrit fourni par l’archive ouverte. Le processus est le même pour les dossiers thématiques : les auteur·rices, sollicité·es en amont, sont amené·es à déposer leur contribution sur une archive ouverte. À réception de chaque proposition d’article, le comité éditorial de la revue choisie sollicite des évaluateur·rices : l’évaluation peut-être soit en simple aveugle – le nom des auteur·rices étant de toute façon connu lorsqu’ils et elles déposent leur proposition d’article en archive ouverte –, soit en évaluation ouverte (open peer review), c’est-à-dire de façon complètement transparente (noms des auteur·rices et noms des évaluateur·rices connus). Les évaluations sont automatiquement transmises aux auteur·rices. À l’issue des premières évaluations, les auteur·rices déposent une deuxième version, et ainsi de suite jusqu’à la publication de la version finale. En suivant ce principe de l’évaluation ouverte, les revues donnent accès aux versions successives de leurs contributions (signalées sur l’archive ouverte où elles ont été déposées), mais peuvent aussi publier les évaluations rendues sur ces dernières (pour exemple, voir cette évaluation ou celle-ci, pour la revue JTCAM). Le but étant de donner à voir le travail collectif réalisé jusqu’à la version finale et de rendre les versions préalables à la publication citables. Avec la même ambition de favoriser la discussion scientifique, les auteur·rices ont la possibilité de proposer une version mise à jour de leur article après publication (en la déposant également sur une archive ouverte). Lors de la publication, un DOI est attribué à la version finale de l’article. Pour les articles qui avaient été déposés dans HAL, les revues notifient automatiquement HAL de leur publication, grâce à la mise en place du projet HALOWIN — duquel Peer Community In est partenaire. Cela permet à HAL de préciser, sur les versions initiales (preprints), que celles-ci ont fait l’objet d’une publication. Enfin, il faut préciser que les revues disposent d’un droit non-exclusif de publication sur les contributions, et publient généralement sous licence CC-BY : les auteur·rices conservent leur droit de publication et d’utilisation des contenus.

Episciences est intégrée à la Marketplace EOSC, dans le cadre du projet européen OpenAIRE Nexus, ce qui permet à la plateforme de proposer un certain nombre de services. Grâce à OpenAIRE Graph, Episciences peut compléter les métadonnées des articles, en ajoutant par exemple des identifiants ORCID a posteriori, lorsque ces informations n’avaient pas été précisées lors du dépôt en archive ouverte. Avec Scholexplorer, Episciences peut récupérer automatiquement des liens vers les jeux de données associés aux publications. Cela favorise l’amélioration continue des métadonnées des articles, en cohérence avec les principes FAIR (Faciles à trouver, accessibles, interopérables, réutilisables/reproductibles).

Plus largement, Episciences propose un ensemble de services aux équipes éditoriales des revues hébergées. Les revues bénéficient de la création d’une charte graphique ou de l’amélioration de la charte existante et disposent d’un site internet personnalisé. Episciences accompagne les revues dans la configuration du workflow éditorial et assure un support technique. Les équipes éditoriales sont aussi accompagnées dans leur demande d’ISSN (lorsqu’elles sont en création). Episciences met à leur disposition un modèle de contrat revue-auteur, leur propose des prestataires éditoriaux (pour la correction, la mise en page, etc.) si besoin, et tend à développer des services de soutien sur d’autres aspects (copy-editing, référencement, etc.). L’objectif est que les revues soient référencées et moissonnées par Isidore, Mir@bel, Google Scholar, le DOAJ, et d’autres bases de données disciplinaires.

HAL et Episciences ont bénéficié du soutien du Fonds national pour la science ouverte pour le projet HALOWIN.

Episciences a reçu une subvention de l’Union européenne dans le cadre du projet OpenAIRE Nexus (subvention de la Commission européenne 101017452 « OpenAIRE Nexus – OpenAIRE-Nexus Scholarly Communication Services for EOSC users »).

Peer Community In & Peer Community Journal

Le projet Peer Community In est né du constat de plusieurs problèmes dans l’édition scientifique : celui de la qualité de publication et des données qui les sous-tendent – qui conduit à une crise de la « reproductibilité » ; celui de la lenteur du processus de publication, décuplé par l’indisponibilité des évaluateur·rices ; celui du manque de transparence des évaluations et des décisions éditoriales ; et celui, pour les sciences dures en particulier, de la restriction des accès aux articles publiés. Thomas Guillemaud et Denis Bourguet ont ainsi créé PCI pour que les chercheur·ses se réapproprient le processus de publication scientifique.

Peer Community In vise à offrir aux communautés de chercheur·ses de toutes disciplines la possibilité de recommander des preprints (articles déposés en archives ouvertes et pas encore publiés dans des revues scientifiques) dans leur champ disciplinaire. 17 PCI thématiques ont été créées, dont, très récemment, la PCI Organization Studies à l’initiative d’Héloïse Berkowitz. Les chercheur·ses en sciences humaines et sociales sont fortement incité·es à créer des communautés (PCI) propres à leur champ d’étude et/ou à rejoindre des PCI interdisciplinaires telles que les PCI Archaeology (Archéologie), Health & Movement Sciences (STAPS) ou Animal Science. Toutes les étapes et critères pour créer une PCI sont indiqués ici. Les PCI doivent répondre à une exigence d’internationalisation et respecter un principe de parité et d’équilibre entre les statuts de ses membres. Malgré l’existence de quelques PCI faisant dialoguer plusieurs disciplines autour d’un même champ d’étude, globalement, Peer Community In n’adopte pas une approche transdisciplinaire, ce qui peut apparaître comme une limite.

Le principe est le suivant : les auteur·rices, comme pour Episciences, doivent déposer leur manuscrit dans une archive ouverte, ainsi que les données qui l’accompagnent. Ensuite, les auteur·rices remplissent un formulaire de soumission sur le site internet de la PCI de leur domaine, en indiquant notamment le lien vers leur article sur l’archive ouverte où il a été déposé. Les auteur·rices ont aussi la possibilité de soumettre une version anonymisée de leur manuscrit, et de déposer l’article en archive ouverte après le processus d’évaluation. Lors de la soumission, les auteur·rices suggèrent des chercheur·ses susceptibles de « recommander » leur article (recommender). L’article est ensuite filtré par le comité éditorial de la PCI. Ensuite, une des personnes suggérées comme recommender peut décider, si elle trouve l’article intéressant, de le « prendre en charge », c’est-à-dire de coordonner l’évaluation de ce dernier. Il faut noter que sont évalués uniquement des articles en anglais. Le/la chercheur·se qui assume le rôle de recommender sollicite des pairs pour obtenir au minimum deux évaluations. Un avis est émis, duquel peut suivre plusieurs allers-retours si l’auteur·rice est amené·e à soumettre des versions successives. À l’issue de ce processus d’évaluation – assez similaire aux modes d’évaluation classique des revues scientifiques –, le recommender peut émettre un texte de recommandation, rendu public. À ce jour, sur 615 articles soumis aux différentes PCI, près de la moitié ont bénéficié d’un texte de recommandation. Un DOI est attribué à chaque texte de recommandation, ce qui permet aux chercheur·ses ayant endossé le rôle de recommender de valoriser ce travail. Les textes de recommandation sont par ailleurs déposés dans HAL, les auteur·rices des articles concernés peuvent donc l’ajouter à leur CV HAL.

Les preprints ayant fait l’objet d’une recommandation grâce à PCI sont reconnus, au même titre que des articles publiés dans des revues scientifiques, par les principales agences de recherche européenne, et tendent à l’être par les institutions d’évaluation de la recherche françaises et notamment par un certain nombre de sections CNU. Malgré cela, l’attachement des auteur·rices aux revues perdure et nombreux sont ceux qui souhaitent voir leur article publié. Ainsi, les auteur·rices ont la possibilité de soumettre leur article recommandé à une des quelque 90 revues qui figurent parmi les « PCI-friendly journals » – et qui s’engagent, à des degrés variables, à prendre en compte les évaluations et le texte de recommandation réalisés par PCI et à donner une réponse rapide aux auteur·rices – ou à n’importe quelle autre revue scientifique. Celles-ci peuvent décider de refaire évaluer l’article et d’en redemander une autre version si besoin, ou d’accepter l’article tel quel. Une troisième possibilité récemment offerte aux auteur·rices est de publier leur article dans le Peer Community Journal, revue lancée en 2021. Peer Community Journal est une revue référencée dans le DOAJ (entre autres) et qui publie des articles en accès ouvert diamant (179 articles publiés à ce jour), sous licence CC-BY. Ces trois options permettent d’accélérer les processus de publication.

Au-delà des milliers de chercheur·ses qui soutiennent scientifiquement Peer Community In, en soumettant des articles, en faisant partie d’une PCI thématique, en étant recommender ou évaluateur·rice, le projet est porté par Thomas Guillemaud, Denis Bourguet, Benoit Facon, et Marjolaine Hamelin, accompagnés par des développeurs informatiques. Constituée en association, l’équipe de Peer Community In ne compte pas à ce jour d’éditeur·rices à proprement parler. Le formatage des articles est laissé au soin des auteur·rices, ce qui fonctionne bien en sciences dures mais peut être moins évident en sciences humaines et sociales. L’équipe du Centre Mersenne assure la diffusion du Peer Community Journal. Par ailleurs, Peer Community In est soutenu par plusieurs institutions en France (CNRS et Inrae principalement, mais aussi l’IRD, l’Inria, l’Inserm, AgroParisTech, le réseau Urfist…) et à l’étranger (l’Université de Liège, UCLouvain, l’université de Bristol, l’université d’Oxford, Imperial College London…).

PCI a bénéficié d’un financement du Fonds national pour la science ouverte et a été lauréat, en 2020, du LIBER Award for Library Innovation.

Le projet Open-SHS bénéficie du soutien du Fonds national pour la science ouverte.

Prochaine séance : au mois de juin, autour du rôle des revues dans l’ouverture des données liées aux publications (date et programme à venir).


Citer ce billet
Lison Burlat (2023, 12 avril). Séminaire Open-SHS. Compte rendu de la séance 3 : formes alternatives de production d’articles et de publication en accès ouvert. Carnet de Biens symboliques / Symbolic Goods. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m5bu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search