La synthèse multilingue, une alternative à la traduction automatique en SHS pour les revues ?

Illustration : Przemko Stachowski – Mojetno IV

 

Le projet Transiens a pour but l’élaboration d’un protocole de diffusion multilingue des articles des revues en SHS, protocole centré sur la pratique de la synthèse par des professionnel.le.s de la traduction.

Cette méthode présente effectivement, en théorie (nous travaillons à la mise en pratique !), plusieurs avantages pour toutes les parties impliquées dans l’opération :

Continuer la lecture de La synthèse multilingue, une alternative à la traduction automatique en SHS pour les revues ?

Le projet Transiens : s’appuyer sur l’expertise des traductrices et des traducteurs en SHS pour promouvoir la diffusion multilingue des revues scientifiques

 

Illustration : Onnola – Mosaik

 

Financé par le CSES – Comité de suivi de l’édition scientifique du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et porté par le Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (UMR 7217 Cresppa – CNRS/Univ. Paris 8) via la revue Biens symboliques/Symbolic Goods, le projet Transiens[1] porte sur la pratique du multilinguisme dans les revues de sciences sociales.

Conçu fin 2018 en réponse à un appel du CSES, le projet visait initialement à explorer les utilisations possibles de la TA/TAO (traduction automatique / traduction assistée par ordinateur) dans le domaine des revues scientifiques, afin de permettre une diffusion plus efficace des articles en plusieurs langues.

Continuer la lecture de Le projet Transiens : s’appuyer sur l’expertise des traductrices et des traducteurs en SHS pour promouvoir la diffusion multilingue des revues scientifiques

La formalisation des pratiques culturelles et de leurs formations, par Marie-Pierre Chopin & Jérémy Sinigaglia

Illustration : SusanaWildnerFox

Compte rendu de la deuxième séance du séminaire « Arts et éducation : politiques, professions, pratiques », Bordeaux, 29 mai 20191.

Continuer la lecture de La formalisation des pratiques culturelles et de leurs formations, par Marie-Pierre Chopin & Jérémy Sinigaglia
  1. Remerciements à Joris Cintéro pour les notes prises au cours du séminaire. []

Faire (de) la télévision. L’audiovisuel vu par les sciences sociales

La revue Biens symboliques / Symbolic Goods a choisi comme thème la télévision pour son nouveau numéro à paraître bientôt sur https://www.biens-symboliques.net/. 

Au sommaire :

DOSSIER

Séverine Sofio et Muriel Mille
Faire (de) la télévision. L’audiovisuel vu par les sciences sociales.
Making TV. Social Science Perspective on Television and the Media.

Denise D. Bielby, C. Lee Harrington
Les discours de la distribution. Modèles de circulation de la télévision.
Discourses of Distribution. Circuit Models of Television.

Romain Lecler
Aux rendez-vous de la mondialisation. Pourquoi fréquenter les marchés audiovisuels internationaux ?
Meeting within Globalization. Why attend International Film and Television Marketplaces?

Muriel Mille
Écrire pour tout le monde. Les auteurs de Plus Belle La Vie face à leur public.
Writing for Everyone. Screenwriters and Their Audience. The Example of Plus belle la vie.

Yvan Chupin et Pierre Mayance
Concurrences et coopérations professionnelles. La couverture des visites politiques par les journalistes de télévision au Salon international de l’agriculture.
Professional Competition and Cooperation. TV News Coverage of Politicians’ Visits to the Salon international de l’agriculture.

Victoire Sessego
Autorité créative et management des talents dans l’industrie télévisée britannique. Le processus d’écriture de Doctor Who (2005-2017).
Authorship and creative management in established British TV. The writing process of Doctor Who (2005-2017).

Anne-Sophie Béliard Sarah Lécossais
Les collectifs de scénaristes ou la « fabrique » du métier. Compagnonnage et solidarités dans le travail créatif.
Screenwriters’ Collectives or the “Making Of” a Profession. Companionship and Solidarity in Creative Work.

Delphine Naudier
Les agentes artistiques et les enjeux du placement des comédien.ne.s. Construire la valeur des artistes et les mettre au travail dans les fictions télévisées.
Talent Agents and the Implications of Actor Placement. Constructing Artists’ Value Through Television Drama.

 

Regard sur/ Perspectives

Ib Bondebjerg
L’Europe transnationale. Séries, réseaux de coproduction et contacts interculturels médiatiques.
Transnational Europe. TV-drama, co-production networks and mediated cultural encounters.

Laura Grindstaff et Vicki Mayer
De l’importance d’être ordinaire. Le talent dans la télévision nouvelle époque.
The Importance of Being Ordinary. Brokering Talent in the New-TV Era.

 

Varia/Varia

Andy Battentier et Chère Giselinde Kuipers
Les intermédiaires techniques et l’agentivité des objets. Comment les ingénieurs du son produisent du sens dans la production de musique en directconcerts.
Technical intermediaries and the agency of objects: How sound engineers make meaning in live music production.

 

Métier/ On the job

Christine Dupont
La Maison de l’histoire européenne. Un musée comme unité spéciale du Parlement européen.
The House of European History. A Museum as a Special Unit of the European Parliament.

 

 

Séries et sciences sociales : autour d’Hippocrate

La revue Biens symboliques/Symbolic Goods inaugure son cycle « Séries et sciences sociales ». Cette première soirée, autour de la série Hippocrate, aura lieu le lundi 2 décembre à partir de 20h, au cinéma Majestic Bastille (Paris 11). On y accueillera, côté série, Thomas Lilti (médecin, réalisateur & créateur de la série) et, côté sciences sociales, Isabelle Coutant (sociologue, IRIS-EHESS, Troubles en psychiatrie. Enquête dans une unité pour adolescents, 2012) et Frédéric Pierru (sociologue & politiste, Ceraps, La casse du siècle, A propos des réformes de l’hôpital public, 2019). La soirée sera animée par Delphine Naudier (sociologue, CSU-Cresppa) et Aurélie Pinto (sociologue, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, IRCAV).

L’entrée est libre (dans la limite des places disponibles), sur inscription à l’adresse: 3S.cycle.3S@gmail.com.

Poste de coordinateur.trice programme TRANSIENS

La revue Biens symboliques/Symbolic Goods recherche une coordinatrice ou un coordinateur pour le programme TRANSIENS (programme d’expérimentation et de réflexion autour du multilinguisme dans l’édition en SHS, porté par la revue en partenariat avec OpenEdition. Voir infra)

Poste à pourvoir de manière urgente (candidatures jusqu’au 30.09.2019)

Statut : ingénieur.e d’étude – CDD 16 mois

Continuer la lecture de Poste de coordinateur.trice programme TRANSIENS

Écritures urbaines, Écritures exposées

Colloque international présenté par Biens symboliques/Symbolic Goods, à Saint-Denis le 11 octobre puis à Marseille le 18 octobre 2019

Alors que l’actualité politique et sociale met quotidiennement en lumière graffiti, tags et autres inscriptions, il s’agit, dans ce colloque, d’interroger les actes et pratiques d’écriture dans l’espace urbain, et de réfléchir aux enjeux politiques, culturels, sociaux et esthétiques de ces écritures exposées. Ainsi seront présentées des études sur les auteur·rice·s de ces écritures urbaines, sur les acteur·rice·s engagé·e·s dans leur mise en récit, sur leur forme et leur matérialité, sur leur perception et leur réception dans l’espace public et médiatique, sur leur valeur symbolique et économique, ainsi que sur les difficultés méthodologiques posées par leur analyse et leur enregistrement.

Continuer la lecture de Écritures urbaines, Écritures exposées

Raymonde Moulin (19 février 1924 – 9 août 2019). Hommage à une grande personnalité de la sociologie française, par Pierre-Michel Menger

Pierre Soulages, Peinture 89x130 cm, 23 Janvier 1954
Pierre Soulages, Peinture 89×130 cm, 23 janvier 1954

Raymonde Moulin est décédée ce vendredi 9 août 2019 dans la nuit, à l’âge de 95 ans. Nous perdons une grande sociologue, une figure de la discipline qui a compté beaucoup pour de nombreux sociologues très différents, puisqu’elle pouvait dialoguer aussi bien avec Raymond Aron dont elle fut très proche, avec Pierre Bourdieu qui publia en 1967 dans sa collection son livre magistral Le marché de la peinture en France et dont elle demeura proche dans les années 1970 et 1980, avec Jean-Claude Passeron, un ami cher avec qui elle a réalisé une magnifique enquête dont les résultats saillants furent repris dans son livre L’artiste, l’institution et le marché, avec Michel Crozier, avec Henri Mendras, avec Raymond Boudon, avec Michel Verret, avec Howard Becker qui l’admirait beaucoup et l’a beaucoup citée, avec Eliot Freidson et Anselm Strauss, tous deux contributeurs du livre d’essais écrits en son honneur que Jean-Claude Passeron et moi avons suscité et publié en 1994, et avec tant d’autres sociologues, historiens, tel Jacques Revel ou Madeleine Reberioux, économistes, tel Louis-André Gérard-Varet, historiens d’art, tel Francis Haskell, et ethnologues, tel Jean Cuisenier, avec qui elle n’a cessé de dialoguer et travailler.

Continuer la lecture de Raymonde Moulin (19 février 1924 – 9 août 2019). Hommage à une grande personnalité de la sociologie française, par Pierre-Michel Menger

Prolégomènes pour un dialogue sur l’art et l’éducation, par Joris Cintéro

Compte rendu du premier séminaire « Art et éducation : politiques professions, pratiques », Strasbourg, 14 Février 2019.

par Joris Cintéro – Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques – Université Lyon 2 Joris.cintero@univ-lyon2.fr

Continuer la lecture de Prolégomènes pour un dialogue sur l’art et l’éducation, par Joris Cintéro

Art et éducation : politiques, professions, pratiques. Les objectifs d’un séminaire pluridisciplinaire (2018-2020)

L’éducation artistique, prise dans son sens le plus large (renvoyant aux divers modes de transmission, formels et/ou informels de savoirs théoriques et pratiques relatifs aux arts), fait partie de ces objets qui requièrent, pour essayer d’en saisir toutes les dimensions, le croisement de plusieurs regards disciplinaires. Au croisement de questions ayant trait aux pratiques culturelles, aux pratiques éducatives (dans ou hors du cadre scolaire) et aux politiques culturelles, l’éducation artistique peut-être analysée, tour à tour ou simultanément, à partir de problématiques relevant plutôt de la sociologie, des sciences de l’éducation ou de la science politique (avec sa dimension historique). Elle constitue ainsi une invitation supplémentaire à la transgression disciplinaire dans l’analyse de la production, de la diffusion et de la réception des biens symboliques, en lien avec la problématique qui présidait au numéro 3 de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods.

C’est dans cette optique que s’inscrit le séminaire « Art et éducation : politiques, professions, pratiques », porté par Marie-Pierre Chopin, professeure en sciences de l’éducation (CeDS, Université de Bordeaux), Rémi Deslyper, sociologue et maître de conférences en sciences de l’éducation (ECP, Université de Lyon 2) et Jérémy Sinigaglia, sociologue et maître de conférences en science politique (SAGE, Université de Strasbourg). Il se tiendra trois fois par an, une fois par an à Strasbourg, Bordeaux et Lyon, pendant deux ans (2018-2020).

Continuer la lecture de Art et éducation : politiques, professions, pratiques. Les objectifs d’un séminaire pluridisciplinaire (2018-2020)

Dire le goût des mets

«Mon boulot c’est d’écrire, ce n’est pas de manger »

Isabelle Mayaud nous présente l’ouvrage de Sidonie Naulin, Des mots à la bouche. Le journalisme gastronomique en France, Tours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Tables des hommes », 2017.

Première de couverture de l’ouvrage de Sidonie Naulin @PUR

« Mon boulot c’est d’écrire, ce n’est pas de manger (…). C’est-à-dire que mettre des mots dessus, c’est ça le vrai métier du journaliste gastronomique » (p. 153).

L’ouvrage de Sidonie Naulin, intitulé Des mots à la bouche. Le journalisme gastronomique en France, porte sur cette petite frange de la population française, qui a fait du travail de mise en mots de ses expériences de dégustation alimentaire l’une de ses activités, à titre principal ou secondaire. Indépendamment de leur date de naissance, de leur lieu de résidence ou encore de leurs origines sociales, les protagonistes de ce portrait collectif ont en partage une commune pratique discursive. Pour le « chroniqueur » ou le « journaliste » du magasine Cuisine et Vins de France, pour les « critiques » Henri Gault et Christian Millau, ou encore, plus récemment, pour les « blogueurs » et les « blogueuses » qui s’expriment via l’Internet, il s’agit toujours de dire le goût des mets.

Continuer la lecture de Dire le goût des mets

L’adaptation des fables d’Ésope : identité auctoriale et démarche éditoriale, par Joanna Blin

Fables d’Esope illustrées par Jean-François Martin, éditions Milan, 2010. Droits réservés Jean-François Martin/Milan.

À partir d’une recherche menée dans le cadre d’un master 2 métiers du livre et de l’édition (Université Paris Nanterre), Joanna Blin se propose d’analyser la manière dont l’édition jeunesse s’empare aujourd’hui des fables d’Ésope, et ce faisant, participe d’un processus de classicisation, mais développe aussi des stratégies significatives des lignes de tension qui caractérisent l’édition contemporaine.

Continuer la lecture de L’adaptation des fables d’Ésope : identité auctoriale et démarche éditoriale, par Joanna Blin

Louise Moillon : artiste peintre ?

Magalie Latry présente dans ce billet le travail de Louise Moillon. L’autrice  questionne la popularité et la reconnaissance d’une peintre ordinaire ou extraordinaire du XVIIe siècle. Comment au fil des siècles et même des années une artiste devient-elle connue ou oubliée ?

       

  Dans le salon vert du musée des Augustins de Toulouse, aux côtés de « grands maîtres » de la peinture européenne, se trouvent trois petites natures mortes de Louise Moillon. Ces tableaux représentent Continuer la lecture de Louise Moillon : artiste peintre ?